Guinée Airlines : et si ça appartenait à Condé fils ?

La rumeur enfle et elle est en passe de se confirmer : Guinée Airlines, une compagnie attribuée à Antonio Souaré pourrait appartenir à Mohamed Alpha Condé. C’est en tout cas une information de première main que notre media en ligne a reçu depuis une semaine mais dont le recoupement est encore loin de finir.

Selon un proche du cercle présidentiel qui évoquait la situation de cette compagnie qui vient de naître, Guinée Airlines est bien sous la tutelle du fils du président Alpha Condé. Mais, pour mieux se camoufler, on a fait passer devant, un des grands opérateurs économiques de la place tout aussi proche du locataire de Sékhoutouréya. Les dents risquent de se desserrer les prochains jours. Comme ce fut le cas entre autres avec OAS, cette société brésilienne des Travaux publics, EBOMAF (Burkinabè) ainsi que de certaines sociétés minières. Alpha Condé avait, la main sur le palpitant juré que son fils est gardé éloigné de la gestion des fonds publics, qu’il ne s’occupait que de la traduction lors des voyages ou des audiences.

Guinée Airlines ? Son patron sera bientôt démasqué. Cela au moment même où des questions fusent de toutes parts. Des questions liées entre autres à la qualité des avions, à la sûreté, au prix des billets, à la praticabilité des aérodromes sont restées sans réponses. Pendant ce temps, des militants et responsables aveuglés du RPG crient sous tous les toits que la compagnie nationale Air Guinée a été vendue mais, Alpha Condé a créé une nouvelle compagnie et envisage au même moment de mettre dans les cieux guinéens Air Guinée Cargo. Amen ! En attendant, les liaisons prévues pour Guinée Airlines sont : Labé–Dakar-Banjul; N’zérékoré-Abidjan; N’zérékoré-Monrovia- Freetown; Kankan-Bamako-Abidjan; Siguiri-Bamako-Abidjan. On scrute toujours le ciel mais rien.

Le cas d’Alain Rigourd, le fameux partenaire…

Rigourd Aviation et le Groupe Business Marketing (GBM) appartenant à Antonio Souaré et Cie entretiennent ainsi des liaisons dangereuses.  Considéré pour les uns comme un « mercenaire dans le ciel africain », un « sulfureux » aux ambitions démesurée tant au Gabon, au Congo où il possède deux compagnies aériennes: Equajet basée à Brazzaville, et Equaflight Services à Pointe Noire.

Selon des enquêtes menées, « En plus de 10 ans de présence au Congo, aucun avion immatriculé au Congo, aucun pilote ou mécanicien congolais formé, aucune participation active au désenclavement du pays comme le font les autres compagnies congolaises, aucun investissement digne de ce nom réalisé en propre (bâtiment, hangar, etc.).Un audit sérieux de l’autorité aéronautique prouvera que les compagnies Equajet et Equaflight Services ne sont pas aux normes : le nombre d’avions en liste de flotte sur les CTA est insuffisant, les responsables désignés en nombre suffisant. Sans compter que les responsables désignés sont les mêmes que dans les compagnies Equa2C d’Alain Regourd au Cameroun. »

Au Cameroun, la desserte des lignes intérieures comme Yaoundé – Douala – Bafoussam sont toujours attendue… Selon des sources, Regourd Aviation qui n’a aucune activité réelle et ne compte principalement que sur les recettes réalisées en Afrique à travers ses participations et filiales. L’activité de ces filiales étant au plus bas, Regourd Aviation bastde l’aile. Il n’a pas non plus la capacité de répondre aux exigences spécifiques de l’Aviation civile française. Seul souci : multiplier les sociétés écrans permettant de dissimuler les recettes et de tromper l’administration fiscale.

C’est avec cet homme – Alain Rigourd – que Souaré et Cie dont le fils d’Alpha Condé entendent traiter pour distraire les Guinéens avec Guinée Airlines et autres. Ce n’est donc pas le moment d’applaudir… Le bout du tunnel est encore bien loin.

Jeanne Fofana, www.Kababachir.com

 

  1. Bayo Valy dit

    Il n’est pas Guineen?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.