Guinée : Kabiné Komara, ancien premier ministre sur les actes de vandalisme à Kankan…

« DÉFENDONS ET PROTÉGEONS NOS ANCESTRALES VALEURS D’HOSPITALITÉ ET DU  VIVRE ENSEMBLE…»

C’est en pleine séance de travail à Riyad en Arabie Saoudite, en compagnie du Prince Khaled Al-Fayçal Gouverneur de la Mecque et fils aîné de feu Roi Fayçal que mon smartphone afficha une nouvelle qui m’a foudroyé tel un éclair.

« Ce 6 janvier 2020, de paisibles citoyens viennent d’être l’objet de pillages du fait de groupes extrémistes à Kankan, deuxième ville de la Guinée »

Kankan, ville dont l’évocation du nom a toujours été précédée d’une réputation et d’une aura mythologique, ville d’osmose et de symbiose de populations, qui lui valut son nom de « Nabaya » ou ville où tout étranger est le bienvenu  !!!

Quelques instants auparavant, j’etais en entretien avec  le fils du Vénéré Sheick Mohammad Abdullah Alsebail, le  très respecté Grand Imam de la Mecque qui s’était rendu en Guinée quatre (4) fois durant son  magistère incontesté de Grand imam de la Sainte mosquée de la Kaaba. Il avait chatouillé ma fierté de « Kankanais » en me révélant que son feu Père avait gardé des guinéens le souvenir d’un peuple pacifique et de Kankan le sentiment d’une ville où la croyance en Dieu guidait tous ses habitants dans une conviviale fraternité.

Fortement troublé, je m’interrogeais comment pourrais-je regarder en face mes interlocuteurs, s’ils apprenaient que la ville qui m’a vu naitre venait d’enregistrer un acte aux antipodes de tout ce qu’a incarné cette ville de Kankan qui a toujours eu la réputation d’être un creuset de symbiose de populations originaires de tous les horizons du pays. La honte m’étreignait, immense qu’elle était et j’avais de la peine à la ruminer.

Je me disais inférieurement qu’en particulier,  deux icones religieuses de Kankan que furent Feu Cheickh Fanta-Madi Chérif et feu Alpha Kabiné Kaba qui ont incarné et symbolisé, l’hospitalité et le vivre ensemble à Kankan,  devraient certainement se retourner dans leurs tombes s’ils  apprenaient par des voies insondables du Tout- Puissant que le 6 janvier 2020 la  cité modèle qu’ils avaient bâtie venait d’être le lieu d’actes répréhensibles à tous égards.

En effet, le  Grand Erudit Cheickh Fanta-Mady , durant son règne, a fait drainer à Kankan des populations de toutes les contrées du pays et  de la sous-région. Ceci par la pertinence, la justesse et la noblesse de son verbe pacificateur et unificateur.

Ainsi, Kwamé krumah,devenu par la suite Président du Ghana, Houphouet Boigny,  Yassine Diallo, Lamine Sadji, Sékou Touré et tant d’autres pionniers sont venus à Kankan pour recueillir bénédictions et inspirations auprès de l’Erudit, émerveillés qu’ils furent de l’honneur, de la considération  et de l’accueil chaleureux dont tout étranger y était l’objet.

Que dire du Saint Alpha Kabiné Kaba?

A son sujet, il est interessant de savoir ce que le grand historien et Intellectuel respecté, le Professeur Lancine Kaba, Professeur à Carnegie Mellon  University de Qatar, relate dans son livre consacré à Cheikh Fanta-Madi Cherif et à Kankan et qui fait autorité dans l’étude de l’Islam en Afrique Occidentale. C’est le Saint Alpha Kabiné Kaba  qui,   en 1751,  lorsque Kankan fut menacée d’attaques dévastatrices se référant aux liens tissés depuis 1725,  s’était rendu à Timbo, capitale du Foutah théocratique pour nouer des alliances auprès des  Almaami Karamoh Ibrahima et Alfa Ibrahima Sory pour élaborer un plan commun, recueillir les bénédictions et  repousser les hordes d’assaillants.

Cet acte majeur a contribué à raffermir les bases du rayonnement social, culturel et in fine,  par faire de Kankan le plus grand pôle d’échanges de l’interland guinéen.

A la clé de ce soutien, un pacte fut scellé pour la postérité entre les deux cités.

De ce pacte a découlé l’actuel nom du quartier mythique  Timbo à Kankan,  qui abrite la concession de la famille du Saint, la demeure du « Kanda » ou Roi de Kankan ainsi que  la Grande Mosquée de Kankan.  Tout un Symbole !

Les jeunes de Kankan ont encore magnifié et ravivé  tout récemment ce symbole lors de la célébration de la dernière fête de la Tabaski de l’année  2019.

En effet,  comme invités d’honneur de la Grande Réjouissance annuelle appelée Mamaya, ils ont fait venir les jeunes de Timbo du Foutah et arborer au cours de la danse des tenues reflétant la culture traditionnelle de chacun des deux terroirs.

L’évocation de tous ces faits, doublée du grand humanisme  des Kankanais doit inspirer tout un chacun  pour flétrir  tout acte de division et de rejet de l’autre.

Il n’est point besoin de souligner que comme d’autres guinéens, des Kankanais  sont aussi établis  et exercent leurs activités partout en Guinée  et au quatre coins du monde  et où ils bénéficient de la générosité et de l’hospitalité des populations  qui les y accueillent.

Dans une Déclaration fort appropriée,  en des termes très pertinents, la Notabilité de Kankan a courageusement flétri le comportement de ceux qui , en s’attaquant aux biens de paisibles citadins , ont attenté à la légendaire réputation d’ Hospitalité, d’Ouverture et de Tolérance  de Kankan. Elle a aussi rappelé, le 8 janvier, avec force détails,  ces liens séculaires au Doyen  la Communauté des ressortissants du Foutah établis à Kankan et condamné les agissements de personnes qui n’incarnent pas les valeurs sacrées d’hospitalité et du vivre ensemble.

Dans le même registre,  Elhadj Thierno Mamadou Badrou Bah , Grand Imam de la mosquée de Labé a affiché une attitude responsable par un appel au calme,  pour que ce qui venait de se passer à Kankan ne dégénère pas en un dangereux et  contagieux conflit inter ethnique.

Ces personnalités ont fait preuve d’un salvateur acte de grandeur qui est à saluer !

Dans leur sillage, il est heureux que les autorités administratives et judiciaires aient aussi promis de rechercher et de  punir les coupables.

 C’est à ce prix que nous pourrons forger un  VRAI DESTIN PARTAGE !

Retenons que ce qui fait la valeur intrinsèque et la beauté d’un tapis, c’est l’harmonie et la diversité de ses couleurs !

Comme telle,  la diversité ethnique et culturelle de notre pays doit être un socle et une richesse qui doivent nous servir de tremplin pour juguler la pauvreté et non comme un épouvantail qui plombe notre devenir.

Ainsi,  comme à Kankan,  tout citoyen a le droit de s’établir partout en Guinée et d’y exercer ses activités sans entrave aucune.

Tel est le Socle de la République que nous avons décidé de construire ensemble depuis notre accession à la souveraineté nationale!

Alors,  Leaders d’opinion,  Responsables traditionnels, Religieux, Artistes, Intellectuels, Acteurs politiques, Société civile, Associations et Mouvements de Femmes et de Jeunes, Travailleurs, Simples citoyens, portons tous cet étendard en barrant la route aux pyromanes, partout dans notre pays.

Kabiné KOMARA

Ancien Premier Ministre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.