Guinée : les victimes du massacre du 28 septembre exigent des réparations

Treize ans après ce drame, les victimes attendent toujours justice et réparation. Pourtant, plusieurs personnalités guinéennes plus connues ont pour leur part été dédommagées.

Le procès du massacre du 28 septembre 2009 s’est ouvert mercredi dernier (28.09) dans la capitale guinéenne avant d’être renvoyé au 4 octobre prochain. Treize ans après ce drame, les victimes attendent toujours justice et réparation. Pourtant, d’autres personnalités plus connues ont pour leur part été dédommagées

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire l’audio:

https://www.dw.com/fr/guin%C3%A9e-sydia-tour%C3%A9-cellou-dalein-diallo-cellou-dalein-diallo/a-63301343

L’interview de Drissa Traoré

Il s’agit du Premier ministre de transition de l’époque, Jean-Marie Doré, du leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée, Cellou Dalein Diallo, et celui de l’Union des forces républicaines, Sidya Touré. Tous trois ont été dédommagés pour le pillage de leurs domiciles par les militaires lors de cette terrible journée de septembre 2009. Alors, comment expliquer cette inégalité de traitement ?

Cliquez sur la photo (ci-dessus) pour écouter Drissa Traoré, secrétaire général de la Fédération internationale pour les droits humains et membre du pool des avocats des victimes.

La rédaction vous recommande

Ousmane Gaoual Diallo : « Laissez les événements se dérouler sans préjugés » Le porte-parole du gouvernement de transition en Guinée met le procès des auteurs du massacre du 28 septembre au crédit de la junte au pouvoir.  

Source: dw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.