Hadj 2016 : un indice de la paupérisation

Quand les opposants et d’autres citoyens s’élèvent pour dénoncer la paupérisation Guinéens, les autorités réfutent systématiquement de telles allégations. En lieu et place, elles alignent toujours des chiffres bruts selon lesquels l’avènement du président Alpha est synonyme de progrès. Mais avec la caution qui pourrait être fixée aux pèlerins de cette année, elles pourraient bien être obligées d’admettre l’implacable réalité. En effet, via des ballons d’essai destinés à préparer les citoyens, on commence à évoquer des montants avoisinant les 50 millions de francs guinéens. Au moins, à ce niveau, ils avoueront sur la question de l’inflation.
Si jamais ces informations se confirment, le nombre de pèlerins ne sera guère important. C’est à se demander même si le montant en question n’a pas été fixé de manière à dissuader certains candidats. Vu que depuis deux ans les fidèles guinéens ne s’étaient rendus pas aux Lieux Saints de l’Islam, il faut s’attendre à une explosion des candidatures cette année. Autrement, il est difficile compréhensible qu’on soit passé d’environ 31 millions en 2013 à près de 50 millions cette année. Surtout que selon des informations qui nous arrivent du Sénégal, la caution convertie en francs guinéens se situerait autour de 35 millions.
Toutefois, selon les explications qui commencent à être distillées, cette augmentation effrénée de la caution de cette année serait liée à la hausse des devises par rapport à la monnaie nationale. A quelque chose, malheur est bon. Car jamais par le passé, le gouvernement guinéen n’avait fait un tel aveu. Sur cette question précise, on nous avait plutôt habitués à des réponses toutes faites genres : « on a réussi à stabiliser le franc guinéen par rapport aux devises étrangères ». Ce, alors que les citoyens constataient tous les jours l’augmentation des prix des denrées sur le marché. Et que leurs revenus stagnant, ils s’appauvrissaient davantage.
Mais cette fois, à priori, il n’y a aucune échappatoire. Les autorités devraient tout simplement faire montre d’humilité et reconnaître que les Guinéens ne se portent pas mieux aujourd’hui qu’avant. Ça aurait le mérite de la vérité et qui, quelques-uns pourraient comprendre l’honnêteté.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.