Ibrahima Bomboli Bah : ‘’Le Colonel Doumbouya doit se méfier des promoteurs de 3ème mandat’’

Après l’opération coup de force piloté par le Colonel Mamady Doumbouya, Commandant des Forces spéciales, une unité d’élite de l’armée guinéenne,  qui a renversé le régime d’Alpha Condé, le 05 septembre dernier, l’heure est au renouveau pour un nouveau départ.

Comment la diaspora guinéenne entend-elle s’impliquer dans le processus de transition en cours ? Quel regard porte-elle sur la junte militaire ? Quels sont enjeux politiques de cette transition ?

Pour en savoir plus sur ces questions qui défraient la chronique, notre rédaction a joint Ibrahima Bomboli Bah, Président des ressortissants guinéens au Japon.

Dans cet entretien téléphonique, Ibrahima Bomboli Bah salue le courage des forces spéciales qui viennent de mettre fin à un règne sans partage du Président Alpha Condé et son clan. Il encourage tout de même le Colonel Mamady Doumbouya de nettoyer systématiquement l’ancien système afin de faire de la Guinée un véritable Etat de droit.

Lisez plutôt l’interview….

www.kababachir.com: M. Bah Bonjour

Ibrahima Bomboli Bah : BonjourM. Barry

Comment vous réagissez à la prise du pouvoir par le CNRD qui a renversé le régime d’Alpha Condé le 05 septembre dernier ?

En ce qui concerne notre position par rapport à ce coup de force de l’armée, pour nous, c’est un coup salutaire, ça n’avait que trop durer, ils devraient le faire il y a longtemps parce que le peuple de Guinée a trop subi.

L’équipe qui était là, c’est une équipe qui n’a jamais eu pitié de son peuple. Ils n’ont fait que s’enrichir, tuer et détruire le tissu social, casser les maisons des citoyens et  enfermer  des innocents.

Donc, nous nous pensons que cette équipe est venue juste pour redonner l’indépendance à la Guinée parce que tout guinéen confondu, de l’intérieur comme de l’extérieur, tout le monde était devenu prisonnier d’Alpha Condé et son clan.

Ensemble, mettons-nous à leur disposition, apportons notre soutien pour le bien être de notre pays. Les guinéens ont trop souffert. Je voudrais aussi attirer l’attention du Colonel Doumbouya sur un fait. Les sirènes révisionnistes comme disait feu Kéléfa Sall (paix à son âme), il faut s’en méfier. Tous ceux qui ont participé à ce tripatouillage de la Constitution, du 3ème mandat, il faut les mettre à l’écart. Ces gens-là ne peuvent rien apporter à la Guinée si ce n’est que le malheur. Il faut les éviter, il faut les mettre dans les poubelles, il faut les oublier, parce que tout ce qui s’est passé dans ce pays, les assassinats et autres, ils sont responsables.

En plus, ceux qui sont dans les régies financières du gouvernement, je pense que c’est le bon moment de s’occuper des ces gens-là. 

Pour moi, ces gens-là devraient être mis aux arrêts le jour de l’arrestation même de l’ancien Président. Du 05 septembre à ce jour, même s’ils ne sont pas autoriser de sortir du pays, mais ils ont dû faire beaucoup de choses, parce que l’internet est là, le téléphone est là. Ils ont dû sauver beaucoup de chose, ça au moins il faut le reconnaitre et ça ce n’est pas l’intérêt du pays parce que l’économie du pays se trouve être répartie entre les mains de ces gens-là. Ces anciens ministres sont tous des milliardaires, il faut s’occuper d’eux, de même que les anciens Directeurs des régies financières. J’attire donc l’attention du Colonel sur ce fait.

Ibrahima Bomboli Bah, Président des guinéens de Japon

Que  pensez-vous des premiers actes posés par le Colonel Mamady Doumbouya, dix jours après le putsch ?

Depuis la prise du pouvoir je vois que le Colonel Mamady Doumbouya est en train de lier la parole à l’acte. Pratiquement, ce qu’il a promis il est en train de poser les actes. Ce qui est quand même rassurant pour l’instant.

D’abord il a libéré les détenus politiques, des pères de familles qui ont été injustement arrêtés et mis en prison à cause de leurs opinions. C’est le cas de Foniké Mengué de la Société civile, d’Abdoulaye Bah, Ousmane Gaoual, Etienne Soropogui  et autres  qui sont tous des innocents. Ils n’ont rien fait pour mériter la prison, ils ont fait la prison parce qu’on était face à un dictateur.  Se souvenant d’ailleurs des conditions de leurs arrestations en violations des droits de l’homme les plus élémentaires, on se demande même si ces crimes resteront impunis.

Il faut que le Colonel Doumbouya se méfie des promoteurs de 3ème mandat qui commencent à venir à côté de lui pour espérer profiter à nouveau, je pense qu’il doit les rejeter systématiquement.

La réouverture des frontières avec les pays voisins est l’un des actes phares du Chef de la junte. Est-ce que ce n’est pas une opération de séduction pour asseoir son pouvoir ?

 Tout le monde sait pourquoi Alpha Condé avait fermé les frontières.  Si c’était une question de sécurité nationale comme il le dit, il aurait dû fermer toutes les frontières, notamment celles avec la Côté d’Ivoire et le Mali, où d’ailleurs le risque d’insécurité est plus présent avec le djihadisme au Nord du Mali.  Mais, regardez  bien il a fermé les frontières où il y a un intérêt avec une ethnie, le Sénégal, la Guinée Bissau et la Sierra Léone.

Si après tout ça, le Colonel ordonne la réouverture des frontières, c’est un acte à saluer. Mais à côté de ça, nous demandons au Président du CNRD de nous aider aussi à ce que le guinéen soit le guinéen tout court. On ne veut plus avoir un peul, un soussou, un malinké ou un forestier en Guinée. On veut juste avoir un citoyen guinéen. Il n’a qu’à nous aider dans ce sens. Et les promoteurs de cette affaire de Manden Djallon, il n’a qu’à les combattre, il n’a qu’à les anéantir. Ce sont eux les fauteurs des troubles, ce sont les divisionnaires. Ce sont eux qui entrent dans le Fouta et ailleurs pour créer la confusion entre les habitants d’une même famille du même quartier depuis l’antiquité. Des centaines et des centaines d’années les gens ont vécu ensemble, nos aïeux ont vécu ensemble, nos parents ont vécu ensemble, pourquoi pas nous. Pourquoi la division c’est à nous ? Donc le Colonel Doumbouya doit veiller sur ça aussi.

De passage, nous saluons la décision d’hier relative à la restitution des 5% des salaires des fonctionnaires qui avaient été injustement retirés. Mon Colonel, mes respects pour cette décision. Nous continuons à vous porter confiance et j’espère que vous continuerez dans ce sens.

La question de la libération d’Alpha Condé est sur la table. La Communauté internationale multiplie les tractations et demande à ce que son intégrité physique soit protégée. Pensez-vous que l’ancien Président puisse quitter le pays après 10 ans de règne sans partage ?

A mon avis, non. Alpha Condé, c’est quelqu’un qui a les moyens, il a l’argent et il a des relations pour ça. Il ne vous laissera pas, vous et votre équipe et de surcroit, la Guinée ne sera jamais stable. Donc , faites tout pour que ce monsieur se retrouve devant les tribunaux qu’il soit jugé et condamné ici. Même pour des raisons de santé, ne donnez la permission à qui que ça soit  de sortir d’ici pourquoi, parce qu’ils ont géré ce pays pendant dix ans. Ils ont construit des hôpitaux modernes dans ce pays, donc on peut banalement se soigner ici. Quiconque est malade entre eux, il n’a qu’à se soigner ici parce qu’ils ont beaucoup travaillé pendant leur règne.   Plus ils sortent, plus ils vont nous foutre dans la merde. N’écoutez pas ceux qui disent il faut le laisser parce qu’ils vous disent ça, eux- mêmes ils ont peur. Le plus souvent ce sont des gens qui sont dans la même situation que lui, ils sont en train de vous harceler pour le libérer, refusez, mettez-le à la disposition de la justice et que la justice fasse son travail et qu’il réponde de ses actes, il reste dans le pays, il ne doit pas sortir, ni lui, ni un de ses ministres.

D’ailleurs après lui, il faut s’occuper d’Ibrahima Kourouma qui a pris seul l’initiative de casser nos maisons. Il a cassé nos maisons sans recevoir l’ordre de qui que ça soit parce que le Premier ministre a déclaré que l’ordre n’est venu de nulle part, ni de la part du Président, ni de lui. Donc on suppose que M. Ibrahima Kourouma a pris l’initiative de casser nos bâtiments de son propre gré. Il devra répondre pour ça. C’est ce que je vous donne comme conseils.

Certains guinéens craignent un éventuel retour des anciens dignitaires dont certains cherchent déjà  à se repositionner après la chute d’Alpha Condé. Est-ce que vous partagez cette inquiétude ?

Qu’il s’agisse des anciens ministres ou députés, moi j’appelle d’ailleurs ‘’députés coronavirus’’,  il faut les mettre à l’écart, parce que c’est eux qui ont hypothéqué l’avenir du pays.  Nous savons qu’il y a des centaines de partis politiques dans le pays, mais les vrais partis sont connus de tout le monde. Nous avons des partis politiques qui sont dans les sacs. Ce sont ces partis qui fatiguent ce pays, ce sont des partis qui n’ont jamais eu 10 militants, même leurs propres épouses ne sont pas dans leurs partis.  Ce sont partis qui sont là, corrompus, qui n’ont même pas de siège, à chaque fois qu’il y a des élections ils sont agités, ils viennent s’accrocher à d’autres partis pour parler d’alliance sans aucun poids électoral, aucune capacité de mobilisation. Je pense qu’il va falloir réglementer et exige des critères aux différentes formations politiques et retirer les agréments à  ceux qui ne répondront pas à ces exigences. Ce sont ces partis là qui font le commerce dans la vie politique du pays. Ils viennent se prostituer pour parler d’alliance et tromper l’opinion publique parce qu’ils ne représentent rien. Mon Colonel, veuillez sur ça, débarrassez-nous de ces partis politiques de la vie politique nationale.

Comment  la diaspora guinéenne compte-elle s’impliquer pour la réussite de cette transition ?

 La diaspora a différentes manières de participer à la transition. D’abord, financièrement, moralement et physiquement. Dans la diaspora, il y a des gens qui ont une certaine compétence dans un domaine bien précis. On a des ingénieurs parmi nous, on a des médecins, bref, dans toutes les branches il y a des compétences. Si toutes ces compétences là reviennent au pays, je pense que nous aussi, on va envoyer notre expertise pour une transition réussie et pour un décollage économique du pays . Chacun de nous au niveau de la diaspora sait que c’est le travail qui paye. Déjà, on est tous animé de ça, on sait que pour vivre l’homme doit travailler.   Donc, consciencieusement, chacun participera à sa manière. On va se donner les mains, on va travailler pour notre pays parce que ça n’avait que trop durer. Ce moment longtemps attendu est venu.

Pour terminer j’appelle les guinéens, à se donner les mains, cherchons à rattraper le temps perdu, car on nous avait trop trainé dans la boue.

Mr Bah merci

C’est à moi de vous remercier.

Entretien réalisé par Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.