Ibrahima Kourouma : un ministre intouchable ?

Bien des Guinéens avaient parié pour son départ avec la fraude massive enregistrée sous son magistère ces dernières années. C’était mal connaitre les accointances du ministre Ibrahima Kourouma, l’autre fils avec Alpha Condé, le protecteur, le papa. Une réelle levée de boucliers qui s’est achevée dans la plus grande discrétion.

Comme si cela ne suffisait pas, des gros milliards GNF ont été avancés par ce même ministre pour l’organisation des examens nationaux, notamment le Bac, le BEPC et l’entrée en 7è année :   de 20 milliards GNF en 2011 on est passé à 40 milliards GNF en 2012. Avant de boucler, cette année avec 100 milliards GNF, rapportent des sources bien informées, proches de la DAF du MEPU-A, département que gère l’intouchable ministre. Ibrahima Kourouma est un gamin du président. Il occupait, à un moment donné, les locaux du locataire de Sékhoutouréya, du côté de la Côte-d’Ivoire, il fut aussi l’un des financiers occultes du parti au pouvoir. Imbu de ce statut et jouissant des largesses du pouvoir, ce ministre fait ce qu’il veut. Il nargue des collègues ministres, nargue des adversaires. Il a des actions dans bien des écoles et instituts professionnels. De Conakry, jusqu’à Abidjan.  Il a des deals avec un conglomérat d’opérateurs économiques échappant à tous contrôles de la réglementation des marchés publics.

C’est le cas de la société SONECI qui fournit entre autres de la craie à l’Etat. Cette entreprise exclue de la commande publique par l’ARMP de Guillaume Curtis, à travers le CRDS, un embranchement de cette structure de régulation des marchés publics. Ibrahima Kourouma est dans toutes les sauces occultes. Que dire des bus surfacturés au nom de l’Etat mais dont le marché a été annulé, récemment ?

Nous y reviendrons

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.