IDEOLOGIE : Le défi titanesque de l’UPG

A l’Union pour le progrès de la Guinée (UPG), on tente de transcender la disparition du leader charismatique du parti qu’était Jean-Marie Doré. Ainsi, après la période de deuil, les responsables du parti se sont retrouvés pour mettre en place un nouveau bureau exécutif, présidé par Hanry Kpogomou. Promettant de rester fidèle à ligne tracée par feu Jean-Marie Doré, ce nouveau président se donne comme défi de faire en sorte que l’idéologie centriste soit instituée comme un courant à part entière en Guinée. Autant dire un défi de taille.
Une des raisons d’aller au-devant d’un tel challenge, ce serait qu’au regard des antagonismes exacerbés dans le contexte guinéen, le centrisme est une sorte de courant réconciliateur. A en croire le nouveau président de l’UPG, le centre est en fait le seul courant à ne défendre que les intérêts du peuple.
Prenant trop à cœur cette idée, Henry Kpogomou se propose même de se battre au sein de l’Assemblée nationale pour faire en sorte que le centre soit pris en compte comme un courant à part entière sur l’échiquier politique guinéen. Une proposition de loi serait d’ailleurs introduite dans ce sens. Et curieusement, il y aurait aussi bien dans la mouvance que dans l’opposition, des députés qui seraient favorables à une telle initiative.
Sans aller jusqu’à démentir ces allégations, on attend bien de voir cette proposition et les députés qui pourraient la soutenir. Car on sait que l’UPG et son fameux centrisme n’avaient pas été accueillis à bras ouverts, à la faveur de la dernière recomposition des démembrements de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.