IMMUNITE DE CELLOU : Les prémisses d’une déconvenue pour Bah Oury

On l’avait dit dans ces mêmes colonnes. Bah Oury, en se donnant pour objectif de faire lever l’immunité parlementaire de Cellou Dalein Diallo, ne perd rien pour attendre. Désormais, les événements sont sur  le point de donner raison. En effet, solliciter pour réagir à cette démarche, le chef de la majorité présidentielle ne s’est point montrer enthousiaste. C’est le moins qu’on puisse dire.
Quoi qu’opposé au leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Amadou Damaro Camara a laissé entendre la procédure devant aboutir à la levée de l’immunité d’un député n’est pas de la « fanfaronnade ». On ne le ferait surtout pas, selon le président du groupe parlementaire du RPG-arc-en-ciel pour des « trucs fantaisistes » ou juste pour qu’on un adversaire politique fasse parler de lui. A l’en croire, c’est au juge d’instruction qu’il revient de solliciter la levée de l’immunité parlementaire d’un député.
Voilà qui annonce un cuisant échec pour le vice-président exclu de l’UFDG. Car c’est après avoir échoué à convaincre le juge d’instruction à formuler la fameuse requête que Bah Oury, par le biais de ses avocats, a préféré aller lui-même. Finalement, il risque de se retrouver au milieu du gué. Le juge ne se laissant pas entrainer dans sa bataille juridico-politicienne, on lui répond qu’il n’est pas compétent à agir lui-même. Autrement, pour lui, Cellou Dalein Diallo devient de plus en plus un adversaire inaccessible. Il lui restera tout de même de se résigner à perdre son propre parti. Cruel destin !
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.