Indemnisation des commerçants : s’est-on essoufflé ?

Des commerçants victimes des marches politiques antérieures, attendent toujours d’être indemnisées. Même si cela n’est pas de l’avis d’un certain Bantama Sow, alors ministre des Guinéens de l’Étranger. « Personne ne dédommagera personne. L’opposition doit être la première à respecter la loi. Malgré les pillages, l’opposition n’a pas arrêté ses marches politiques. »

Ce sulfureux militant du RPG s’est ainsi vite attiré les foudres des commerçants ayant déjà perdu des centaines de millions. On se rappelle, en français et en langue malinké, BantamaSow – en lieu et place du porte-parole du gouvernement ou du ministre de la Justice, qui est déjà l’un des facilitateurs du dernier dialogue inter guinéen qui peine d’ailleurs à trouver ses conclusions consensuelles – se perd en conjectures et souffle visiblement sur les braises. A dire que ce ministre veut la paix et la quiétude sociales pour son mentor, c’est bien aberrant. Il veut surtout enfoncer Alpha Condé en faisant semblant de l’aider. A moins qu’il ne soit envoyé par Condé. Et pourtant, Bantama a des chats à fouetter, pendant que des compatriotes qui manquent d’organisations sont tués partout comme des mouches.

En faisant des sorties maladroite à l’heure même où on tente de recoller les morceaux,   Cheick Sackho de la Justice qui se demande encore de quoi se mêle son homologue des Guinéens de l’étranger a vite fait de recadrer.

Me Cheickh Sackho, tranche dans le vif comme pour recadrer Bantama Sow: « L’indemnisation est prévue dans les accords politiques qui ont été signés au mois de  juillet 2013. Cela a également  fait l’objet d’une discussion et d’un point arrêté d’un commun accord par les parties. Il n’y a pas de doute sur le principe de l’indemnisation des victimes, étant entendu qu’elle répondra à des procédures… » Chérif Abdallah du GOHA réplique : «  Je suis déçu de ce ministre de la République, les commerçants seront dédommagés de gré ou de force. Si un membre du gouvernement veut allumer le feu, il n’a qu’à le faire, nous, nous n’allons plus calmer quelqu’un ».

Avec la gouvernance de Condé, tout le monde intervient au nom de l’Etat et du parti. Une pétaudière, en somme ! Autant décerner à chacun une prime pour meilleur acteur de la cacophonie.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.