Ingérence russe : y a-t-il un avocat pour sauver Donald Trump ?

Après la démission de l’avocat principal du président américain, la défense de Donald Trump dans l’affaire russe ne repose plus que sur un homme. Pire, il a du mal à recruter. Selon plusieurs médias, c’est son tempérament qui poserait problème.

Jay Sekulow a du pain sur la planche. Il est désormais le seul avocat personnel de Donald Trump à travailler à temps plein sur l’affaire russe, une tâche qui semble en rebuter plus d’un à Washington. Ces derniers jours, le président américain a en effet perdu deux avocats, dont l’un avait intégré son équipe à peine une semaine auparavant.

Le premier à avoir jeté l’éponge est John Dowd. C’est lui qui coordonnait l’équipe de défense de Donald Trump. Il a présenté sa démission jeudi 22 mars, souhaitant bonne chance à son ancien client. Il lui reproche de ne pas avoir écouté ses conseils, notamment sur la possibilité d’un interrogatoire par Robert Mueller, le procureur spécial chargé de déterminer si la campagne de Trump a collaboré avec Moscou durant la présidentielle de 2016. Alors que le locataire de la Maison Blanche a assuré à plusieurs reprises qu’il était prêt à être interrogé sous serment, John Dowd considérait cette option risquée légalement, surtout si les réponses données n’étaient pas correctes.

Le 25 mars, c’est l’ancien procureur Joseph diGenova qui a plié bagage. Il avait été embauché le lundi précédent afin de renforcer l’équipe de défense du chef de l’État et d’adopter une tactique plus aggressive. Donald Trump envisageait aussi d’engager la femme de Joseph diGenova, l’avocate Victoria Toensing, mais elle a décliné. L’existence de conflits d’intérêts potentiels avait été pointée du doigt. Victoria Toensing assure en effet  la défense d’un ancien porte-parole des avocats du président, Mark Corallo.

« Un avocat ne refusera jamais la célébrité et la fortune »

Les avocats vedettes Theodore B. Olson et Emmet Flood auraient aussi refusé les propositions de la Maison Blanche. Au point que les médias américains se demandent qui veut encore travailler pour le président. Donald Trump a tenu à préciser, dimanche sur Twitter, que les avocats ne le boudaient pas. « De nombreux avocats et les meilleurs cabinets veulent me représenter… ne croyez pas les Fake News qui racontent qu’il est difficile de trouver un avocat pour prendre cette affaire », a-t-il écrit. « Un avocat ne refusera jamais la célébrité et la fortune », a-t-il ajouté, arguant qu’agrandir son équipe à d’autres avocats prendrait des mois et coûterait cher.

Pourtant, selon plusieurs médias américains, c’est bien le tempérament de Donald Trump qui a refroidi les avocats. Peu à l’écoute des conseils qu’on lui prodigue, il risque à tout moment de tweeter des déclarations qui le mettent en difficulté, analyse le site d’informations Axios. Il aurait aussi, selon le site, la réputation de rechigner à payer ses factures. Enfin, le milieu s’inquiète de la mauvaise publicité liée à l’image sulfureuse du milliardaire. La célébrité et la fortune ne font pas tout.

http://www.france24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.