Interconnexion Kaleta-OMVG : « Il faut d’abord chercher à donner le courant aux Guinéens »

En cette période où les Guinéens sont en besoin du courant électrique, le gouvernement vient d’annoncer un projet d’interconnexion avec les pays voisins du fleuve Gambie . Sur ce projet, notre correspondant régional a recueilli quelques avis citoyens. Lancée par le gouvernement guinéen la semaine dernière, l’interconnexion du réseau électrique de Kaleta sur le fleuve Gambie pour servir les pays avec lesquels on le partage fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la préfecture de Labé.

Alpha Diallo estime que ce projet  est nuisible à long terme  pour la Guinée : « Sur ce contrat pareil, ça va nous créer des problèmes encore à l’ avenir, c’est des financements qui se font entre des États. Il faut d’abord chercher à donner le courant aux Guinéens.»

Ingénieur électricien, Abdourahmane Aissatou Diallo donne une explication du phénomène d’interconnexion : « L’interconnexion d’abord, c’est un échange de tension. Nous en Guinée, on utilise l’hydraulique tandis que le Sénégal et le Mali, c’est le thermique. Pendant la saison pluvieuse, la tension que nous allons économiser ici, on va renvoyer ça au niveau du Sénégal et du Mali. En contrepartie, pendant la saison sèche, eux aussi, ils vont allumer leurs groupes pour nous renvoyer la tension électrique au moment où nous en avons besoin. C’est une bonne idée. Par exemple en Europe, c’est comme ça entre la France et l’Allemagne.» A-t-il signalé.

Cette initiative du gouvernement est à accompagner indique pour sa part Keita Moussa : « C’est une très belle chose dans la mesure où la réalisation sera effective.  » Et cet autre citoyen d’émettre des réserves  : « Je suis d’accord pour l’interconnexion du réseau de Kaleta à condition que notre pays ait le courant à suffisance. C’est-à-dire dans tous les villages 24 heures sur 24. Si nous avons le courant, nous pouvons le vendre. Mais à ma connaissance, le réseau électrique en Guinée, vraiment, il laisse à désirer.»

Alpha Boubacar Kessema Diallo, correspondant kabanews à Labé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.