Interdiction des motos à Kaloum: Le rétropédalage du ministre de la Sécurité

Comme annoncé précédemment, le nouveau ministre de la Sécurité a annoncé récemment l’interdiction des motos dans la Commune de Kaloum, à compter du lundi 25 juin. La mesure concernait à la fois aux motos-taxis et aux motos personnelles, parce que, explique le porte-parole de la police, ‘’On ne peut pas faire la différence entre motos-taxis et motos personnelles, c’est pourquoi même les motos personnelles, ont été interdites et des dispositions sont déjà prises’’, a affirmé mercredi le colonel Boubacar Kassé chez nos confrères de mosaiqueguinee.com.

Avant même son entrée en vigueur, cette décision du ministre de la Sécurité fait déjà polémique à Conakry. Les multiples réactions des populations qui désapprouvent la décision, fait reculer le ministre

Invité dans l’émission ‘’les Grandes Gueules’’ vendredi matin, Apha Ibrahima Keira, précise que la mesure ne concerne pas désormais les autres motos, mais uniquement les motos-taxis.

’On ne pouvait pas demander d’emblée d’exiger l’interdiction à toutes motos, parce qu’en fait, il n’ya aucune loi ou arrêté ministériel qui dit cela. Donc, il s’agit bel et bien des motos-taxis’’, précise Alpha Ibrahima Keira.

Rappelant l’arrêté ministériel qui avait autorisé la création des taxis-motos à Conakry en 2016, exempté la Commune de Kaloum, le ministre de la Sécurité reconnait tout de même qu’à ce jour, ‘’Il est évident que le transport public est un réel problème aujourd’hui en Guinée, et ça, il y a plusieurs aspects en la matière qui méritent d’être revus et corrigés, mais pour l’instant, pour mettre un peu de l’ordre dans la cité, on est obligé de faire respecter la réglementation, c’est la réglementation qu’on veut faire respecter parce que tout le monde se plaint de cette anarchie, les utilisateurs des motos-taxis n’ont pas des permis à eux et le nombre d’accidents est très élevé.’’, regrette Alpha Ibrahima Keira.  

Dans un pays où il n’y a pas de transport public, les taxis-motos ont leur place pour assurer le transport des populations. Aujourd’hui le secteur contribue énormément à la création de l’emploi.  

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.