Interdiction des taxis-motos à Kaloum : Devant la pression, Keira recule !

 L’annonce interdisant les taxis-motos dans la Commune de Kaloum avait suscité des vives réactions à la fois des citoyens et de la Société civile.

En l’absence d’un service de transport public et d’infrastructures routières dignes du nom, les Conakrykas traversent un calvaire pour trouver un moyen de transport pour se rendre au lieu du travail.

La Commune de Kaloum, centre d’affaires et administratif, de la capitale guinéenne ne fait pas exception à la règle.  La concentration des services publics dans la presqu’île de Kaloum entrainent des embouteillages interminables, rend  l’accès difficile. Une situation qui a occasionné une prolifération des taxis-motos, où les conducteurs, en majorité des jeunes qui s’octroient un emploi, s’en tirent d’affaires !

Au cours d’une réunion de travail avec ses services techniques, mercredi dernier, le nouveau ministre de la Sécurité a annoncé l’interdiction des taxis-motos à Kaloum, à compter du lundi 25 juin. L’argument avancé par le nouveau ministre est d’assurer la fluidité de la circulation.

Alpha Ibrahima Keira, qui avait annoncé à sa prise de fonction que la récréation est terminée est allé jusqu’à menacé tout policier qui ne respecterait pas cette décision.

 Extrait : « Si un agent de la sécurité routière se permet des indélicatesses, des attitudes qui ternissent l’image de la sécurité routière et que ces cas sont avérés nous sont rapportés, nous demanderons au conseil de discipline, de prendre les sanctions prévues dans le code de déontologie de la police. Et ça, soyez sûr que nous serons sans état d’âme », prévient le nouveau ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

A 48 heures de l’entrée en vigueur de cette mesure, le nouveau ministre de la Sécurité recule ! Alpha Ibrahima Keira, qui  s’exprimait chez nos confrères de mosaiqueguinee.com, annonce ce samedi le report de cette décision ministérielle. Il se souvient qu’ « En ce moment, il y a les enfants qui font le BEPC, d’autres débutent le bac la semaine prochaine, on s’est rendu compte que Kaloum compte beaucoup de centres d’examens. Le secteur de l’éducation a été suffisamment éprouvé cette année pour ne pas qu’on pas qu’on l’accable davantage. »,  se justifie-t-il.

Par ailleurs, prévient le nouveau ministre de la Sécurité, qui a senti la pression des citoyens et les conducteurs des taxis-motos, qui tenaient à braver la décision lundi, « Nous allons faire de la sensibilisation. Nous allons rencontrer tous les acteurs concernés, y compris les syndicats. Ce report permettra également aux conducteurs de taxis-motos de pouvoir se doter des équipements règlementaires et de se faire immatriculer conformément à l’Arrêté portant création de leur activité… », a assuré cet ancien ministre de Conté.

A rappeler que des voix s’étaient déjà levées pour dénoncer cette mesure, en raison de l’absence d’un service de transport public digne du nom.

Le balai citoyen, une structure de la Société civile, avait qualifiée la mesure « d’improductives » y égard au nombre d’emplois qu’engendre ce secteur.

De nombreux citoyens interrogés par notre rédaction sur cette mesure avaient plutôt parlé d’une « réglementation du secteur », en vue de faciliter la circulation des personnes et de leurs biens à Conakry.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.