Intermédiation Ryad-Doha : ce courrier du mépris d’Alpha Condé

Alpha Condé adresse un courrier de deux pages, signé le 11 juin 2017, au Roi d’Arabie Saoudite, Salman Bin Abdoul Aziz Al Saoud pour « apporter mon intermédiation et d’œuvrer sans relâche avec toutes bonnes volontés du monde, afin de trouver une solution pacifique et rapide à cette crise inopportune entre les frères et amis ».

Cette intermédiation est motivée par son statut actuel de président en exercice de l’Union africaine, mais aussi de président d’un pays frère musulman, membre fondateur de l’OCI. Un grand décalage politico diplomatique qui traduit le peu d’intérêts que le président guinéen accorde d’abord à son pays.

En effet, depuis qu’il est au pouvoir, il est incapable de rassembler les parties prenantes et organiser des élections locales. Près de dix 10 ans, on ne parle que d’élections, de promesses non tenues, de manifestations pacifique des opposants avec au compteur, près de 100 morts souvent par balles. Les promesses électorales peinent à se concrétiser : l’eau, l’électricité, les infrastructures, l’agriculture, etc., rien n’est viable encore. Alpha Condé ne fait que se promener d’avion en avion. Même si le pays est en feu et en sang. La Guinée ne s’est jamais aussi mal portée. La corruption et les détournements en plus de l’insécurité et de l’impunité sont érigés en devise. La Justice, les forces de défense et de sécurité peinent à trouver les réformes souhaitées. La santé est bien plus malade qu’auparavant. Alpha Condé s’en fou, il a les yeux ailleurs : un possible 3è mandat le guette avec à la clé une modification de la Constitution.

Au niveau africain, Alpha Condé, médiateur dans la crise Bissau guinéenne est indésirable, parce que partial, nous dit-on. La crise couve encore et Alpha Condé a préféré déléguer un de ses proches collaborateurs dans le bourbier. Il a pour nom, Kiridi Bangoura. Ce pays ami qui est confié par la CEDEAO à Alpha Condé brûle à petit feu. Le bourbier congolais est là, latent. Le chaudron malien est tout aussi latent. La liste est longue bien longue. Que d’urgences qui attendent Alpha Condé en sa qualité de président en exercice de l’Union africaine et président de la Guinée Conakry.

Il occulte toutes ces réalités pour faire du rafistolage politico diplomatique, certainement pour mieux polir son image dans la perspective du 3è mandat. Alpha Condé a de quoi s’occuper. Pas pour aller ‘’intermédiater’’ entre Mollahs. Loin de la Guinée, loin de l’Afrique. Ce courrier de la honte adressé au Roi saoudien devrait tout simplement interpeller les Africains et Guinéens de tous acabits sur la négligence dont fait preuve Alpha Condé. Triste !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

  1. Ibrahima Traore dit

    La haine au cœur, le guinéen oublie vite.
    (i)Jamais, la Guinée n’a connu un moment de desserte aussi améliorée en électricité que l’après KALETA. GARAFIRI n’en a pas fait autant. Qui ne se rappelle pas de la célèbre phrase en Sousou de Conté irrité, quand il a répondu à ceux qui réclamaient le courant pendant les années noires: « KOLY MOU FOUMA A KHUI. » Littéralement traduit, « on ne pisse pas dedans » En d’autres termes, le courant c’est du carburant et il y en a pas.
    (ii) En matière d’infrastructures, jamais, les préfectures guinéennes n’ont connu autant d’infrastructures comme sous Alpha. Aller voir Mamou, Kankan, Siguiri, Macenta, Pita etc..
    (iii) Adduction des améliorations nettes se passent de commentaires.

    (iv): En terme de démocratie, même ses ennemis reconnaissent cet espace de trop qu’il a donné à la liberté individuelle.

    Disons la vérité un peu la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.