Jeunes post-Ebola : pour une meilleure insertion…

« Le Président de la République a invité le gouvernement à appuyer le programme d’insertion économique post Ebola des jeunes qui doit être présenté au mois de septembre aux Nations-Unies en vue de sa réussite. » C’est l’une des recommandations phares issues du conseil des ministres du jeudi dernier, à Conakry.

C’est pourquoi, Alpha Condé a insisté pour que soient privilégiés les projets d’emploi-jeunes dans les domaines de l’agriculture, de la pisciculture et l’aviculture. En tout état de cause, Moustapha Naité, ministre de la Jeunesse est largement revenu sur le Programme national d’insertion socio-économique des jeunes, un programme qui s’inscrit, faut-il le rappeler dans « la dynamique lancée en 2015 pour préparer la phase de la relance post-Ebola durant laquelle près de 700 millions dollars ont été promis à la Guinée sur un total de 3,5 milliards de dollars au plan régional. » Selon le ministre, les principaux bénéficiaires des activités du programme sont les jeunes et femmes, les déscolarisés ou sans instruction, les diplômés sans emploi de l’enseignement technique et professionnel et de l’enseignement supérieur.

Pour y arriver, quatre composantes : Emploi des jeunes au cœur des politiques macro-sectorielles et les investisseurs privés ; employabilité et promotion à l’insertion socioprofessionnelle ; éducation, participation des jeunes à la vie publique, citoyenneté et prévention des conflits ; gouvernance et système d’information efficace de l’emploi. Cette démarche requiert « une structure de coordination pour apporter un support technique ».

La finalité est de « créer 750 000 emplois pour un coût estimé à quelque 139 millions USD sur la période 2016-2020. » Un projet costaud qui fait rêver, mais connaissant vraiment la gouvernance d’Alpha Condé, bien des Guinéens restent sceptiques quant à la faisabilité dudit programme.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.