Journalistes et opposants, cibles d’un Kountigui controversé

Sékhouna Soumah cherche ses boucs émissaires pour justifier sa controverse pour autant provoquée par sa propre famille. Qui sont donc ces cibles du Kountigui critiqué ? Sékhouna Soumah lui, les connait et les dénonce ouvertement. Ils ont pour nom :   journalistes et opposants. Les uns pour avoir dénoncé la bataille rangée, les autres pour avoir dénoncé la politisation du choix du Kountigui, déjà politique et soutenu par le pouvoir.

Extrait : « C’est le moment de dire aux journalistes d’arrêter de créer la discorde entre les enfants de la Basse-Guinée. Il y a mieux à faire dans le pays en ce qui concerne le développement économique du pays au lieu d’enflammer la cité. Ce n’est dans l’intérêt de personne de voir le pays brûler. » Aux opposants, « de me laisser tranquille puisque je connais tout le monde. Celui qui me diffame, la nuit je le maudirais. »

 

Aux opposants et journalistes de s’occuper donc de leurs choux, car, du côté de Tanéné, la nuit tombée, la malédiction est distillée par le Kountigui de la controverse. Avec de telles déclarations à l’emporte pièces, Sékhouna Soumah est loin d’incarner – on l’a dit déjà – le statut de la personnalité morale cherchée en Basse-côte. Autant  lancer un appel à candidature puisque le patriarche lui-même a donné les critères d’éligibilité.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.