Journée internationale des réfugiés: le cri d’alarme de Mamady KABA, le représentant des Ivoiriens en Guinée

L’humanité a célébré ce mardi 20 juin la journée internationale des réfugiés. En Guinée, c’est au camp de Kouankan de Macenta en zone forestière qui les festivités ont eu lieu. Nous avons rencontré le représentant des refugiés pour parler des conditions de vie de ces derniers. Mamady KABA, c’est son nom les juge précaires.

« Les années précédentes, tous les réfugiés bénéficiaient de l’assistance. Mais malheureusement, cette année ce seulement ceux qui ont des maladies chroniques qui sont assistés. Cela n’est pas bien dans la mesure où les réfugiés n’ont pas accès à l’emploi, ne travaillent pas. Ils vivent toujours dans la précarité » a déclaré Mamady KABA sur les ondes d’une radio locale à Conakry.

Face à la situation qu’il a précédemment décrite, le représentant des réfugiés ivoiriens en Guinéens  lance des appels : «   Le message que nous lançons c’est toujours au HCR (haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés : NDLR) parce que l’Etat de Guinée nous a ouvert ses frontières. Mais n’ayant pas les moyens pour apporter de l’assistance aux réfugiés à du faire appel à une institution humanitaire qui est le HCR. Si aujourd’hui les réfugiés ne sont pas soignés. Nous ne sommes ni logés, ni nourris. Chacun de nous  se débrouille ».

Le nombre de réfugiés ivoiriens vivant sur le sol guinéen est estimé à plus de 4000. Le programme de rapatriement coordonné par le HCR depuis 2016 n’a pas permis à tous de regagner leur pays d’origine.

Oumar Rafiou DIALLO, kabanews

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.