Journée ville morte : Un jeune tué dans des heurts à Conakry

La journée ville morte déclenchée par l’opposition républicaine a été mouvementée ce lundi à Conakry. Des routes barricadées, des pneus brûlés, jets de pierres contre gaz lacrymogène, des jeunes ont affronté ouvertement les forces de l’ordre. La journée a été émaillée des violences dans plusieurs quartiers de la banlieue de Conakry.

A Kipé tout comme à Taouyah, Hamdallay, Bambéto ou Cosa, le constat est le même. Les affrontements  entre  forces de l’ordre et jeunes manifestants, qui échangent  de jets de pierres contre gaz lacrymogène, ont causé des dégâts matériels et humains

A Dar salam, un jeune a été tué par balle dans des heurts avec les agents de forces de l’ordre. Selon des témoins, Boubacar  Sdy Diallo, la victime, âgé de 32 ans a reçu une balle aux environs de 18 heures ce 26 février. C’est la nième victime des manifestations politiques de l’opposition guinéenne.

A noter que cette journée ville morte intervient dans un contexte de crise politique et sociale, suite à la grève déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), qui paralyse depuis plus de semaine le secteur de l’éducation.

Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.