Kaba et Kabélè: enjeux et risques d’un départ du FNDC

Ils tournent le dos au FNDC mais se réclament toujours de cette plateforme. Ils sont investis comme candidats de leurs formations politiques, pour battre Alpha Condé à la présidentielle du 18 octobre.

Ousmane Kaba et Kabèlé Camara fragilisent le FNDC et par ricochet, valident la date du scrutin. Eux qui défendaient la Constitution de 2010 en rejetant la nouvelle, veulent valider aussi cette mascarade. Ils quittent leurs pairs. Si l’un est très prudent, conciliant, le second, en l’occurrence, le leader du PADES quant à lui, voue aux gémonies les leaders du FNDC. Pourtant aujourd’hui, rien ne dit que ce scrutin aura bien lieu à date. Et mieux, qu’ils seront au second tour. Et enfin, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer.

Seul bémol, ils se seraient essayés à une compétition, quitte à la perdre avec les 800 millions GNF constituant la caution fixée par la CENI. Au soit du scrutin, on parlera de gouvernement d’union nationale. Les anciens ministres qu’ils sont seront certainement rappelés. Juste pour en faire des figurants. C’est Alpha Condé après tout !

Au niveau du FNDC, on tente de sauver les meubles. Dalein pour sa part ne se fait aucune illusion :« Il y a toujours des risques d’éclatement. Déjà il y a eu un parti politique qui a dit qu’avec ou sans Alpha il participera aux élections. Je pense qu’on doit faire l’effort si on est pour l’alternance, compte tenu du préjudice et des dégâts importants qui ont été causés par Alpha Condé».

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.