Kabinet Cissé (CENI) : déjà le passé lourd !

L’histoire : il y a ceux qui la lisent, ceux qui l’écrivent, et il y a ceux qui la font. On ne sait dans quelle catégorie se trouve actuellement le président de la CENI sur qui pèse désormais un lourd passé, avec une présidentielle entachée de fraudes massives, mais dont la proclamation des résultats n’a pas fait frémir Kabinet Cissé.

Seule évidence, ce plus jeune président – par rapport à ses devanciers (certains plus responsables que d’autres)que sont Salifou Kébé, Bakary Fofana, Ben Sékou Sylla, Loucény Camara, etc. – a actuellement les yeux dans les vagues, au-delà de toutes les alléchantes propositions que fait Alpha Condé. Cissé, quadragénaire avancé et ayant grandi sous l’ombre de Bakary Fofana (CECIDE) doit avoir le sommeil troublé, loin de son épouse et ses enfants qui résident à Dakar, loin du chaos dont il s’est rendu complice tacite.

Entre rires de déprime et larmes de crocodiles, pour ainsi parler comme un artiste français, Kabinet Cissé tente d’afficher fière allure. Mais, il le sait, pas de gros deal, que des risques forts à courir, pour assurer ses arrières bâties sur le sang d’innocentes victimes dont le seul tort aura été de revendiquer la démocratie, la sincérité du scrutin.

Kabinet Cissé, a été aperçu devant les caméras de télévisions, pataugeant, butant à la fois sur des chiffres et des noms de candidats, le jour de la proclamation des honteux résultats. L’attitude n’avait rien du tract, mais, des grosses conséquences produites. Le jeune président se voit déjà dans une vie dorée, peut-être loin de sa patrie, en train de se la couler douce, comme ses prédécesseurs.

Pourtant, certains avaient parié sur le bon choix de Cissé, celui de préférer l’Histoire que les intérêts personnels en filigrane, brassés dans le sang des concitoyens, dans la sueur du front des compatriotes (ceux qui ont vu leurs domiciles brûlés, vandalisés ainsi que leurs boutiques et leurs voitures).

A priori, comment pourrait-on être vraiment en harmonie avec sa conscience pour peu qu’on y pense et qu’on revoie ces bébés tombés sous les balles niées de Damantang Camara ? Comment peut-on dormir tranquillement en revoyant tous ces vieilles personnes malades, terrées chez elles sans pouvoir se rendre à l’hôpital, à cause notamment des policiers et gendarmes mal formés ?

Kabinet Cissé devenu nocif est cet autre Guinéen de sinistre réputation du régime. Il a déjà lui aussi, par sa manière, les mains tâchées de sang. C’est acté. C’est sur le frontispice de la Guinée. 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.