Kankan : Les autorités défiées par la cherté des prix des denrées de première nécessité !

En dépit de la déclaration le jeudi 1er juin 2017, des autorités locales de la ville de Kankan en commun accord avec la chambre préfectorale du commerce, faisant état de la réduction du prix de certaines denrées de premières consommation tels que le riz et la viande en cette période de Ramadan, la cherté des prix reste toujours d’actualité sur l’ensemble des marchés de la ville.

A en croire ce jour la déclaration commune des différentes parties, prononcée par le représentant du préfet Aziz Diop, le général Yaya Condé, il n’était pas question de modifier à Kankan le prix du sac de riz qui coûtait avant le Ramadan, 290.000 GNF et du Kilogramme de la viande fixé à 28.0000 GNF.
Cette déclaration d’il ya tout juste une semaine avait suscité une petite lueur d’espoir chez citoyens les plus démunis de la ville. Mais le rêve s’est pas transformé en réalité. Car le constat est différent sur l’ensemble des marchés de la ville, où chaque commerçant fixe les prix de ses produits comme bon lui semble.
Pour la denrée la plus consommée, dans la localité c’est-à-dire, le sac de riz, le prix se fluctue entre 310 et 410.000 GNF. En ce qui concerne le kilogramme de la viande, même s’il est effectivement vendu à un prix fixe de 28.0000 GNF sur tous les stands de la boucherie du grand marché DIBIDA, en dehors de là, il faut débourser entre 30.0000 et 35.000 pour s’en procurer.

Enfin, face à la récurrence du phénomène, il faut dire que les nombreux consommateurs rencontrés en ces jours, se disent « fatigués » de se plaindre. Car selon eux, « de toute façon, jamais rien ne changera dans ce pays ».

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.