Kankan : Conférence débat autour d’un système d’écriture dénommé ‘’ADLAM poular’’   

L’amphi A de l’université Julius Nyerere de Kankan a servi de cadre ce mardi 27 juin pour la tenue d’une conférence-débat portant sur le thème de la nécessité d’écrire les langues guinéennes afin de les promouvoir et de les préserver de la disparition.

Le cas de l’écriture ADLAM chez les locuteurs fulfulde-pular, créée en 1989 à Nzérékoré,  a attiré la réflexion des jeunes étudiants sortants de la huitième promotion, système LMD (Licence Master et Doctorat) du département de linguistique.

En plus de leurs pairs étudiants, cette rencontre a aussi regroupé les responsables des départements et les apprenants de l’écriture venus de Kankan et de certaines préfectures de la région.

Le conférencier Mamadou Sounoussy Diallo vice-doyen chargé de la recherche à la faculté des sciences sociales de l’université de Nzérékoré, et promoteur de cette écriture à travers le monde, dans sa communication  a tout d’abord  exposé sur les 28 lettres (5 voyelles et 23 consonnes)  que comprend  l’alphabet ADLAM avant d’accorder la paternité de cette invention à deux jeunes du nom d’Abdoulaye et d’Ibrahim Barry.

Un peu plus loin, il invite les jeunes à s’intéresser beaucoup plus à l’émancipation de leurs langues à travers l’écriture pour les éviter de disparaitre un jour.

« On ne peut se développer à travers la langue d’autrui. La chine s’est développée en faisant la promotion de sa langue. C’est pourquoi  j’invite nos politiques, nos cadres, nos étudiants et tous nos scientifiques à se lancer dans la promotion de ces langues nationales que nous avons ».A-t-il lancé.

A rappeler que l’écriture ADLAM qui vient s’ajouter au N’Ko, est donc  le fruit du génie créateur des Guinéens qu’il faudrait soutenir et promouvoir, estiment certains observateurs.

Désormais selon eux, il appartiendrait aux hommes de lettres et autres scientifiques Guinéens, d’agir en faveur de l’épanouissement de ses écritures qui viennent étoffer le patrimoine culturel de la Guinée.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.