Kankan: La convocation d’un journaliste par la justice fait débat en Guinée

Les réactions se multiplient après la convocation du coordinateur de la radio Milo Fm de Kankan et animateur de l’émission interactive ‘’Angnarafo ‘’ qui signifie en français ‘’On en parle ’’.

Pour de nombreux guinéens, cette convocation du journaliste Bouya kébé est une entrave à la liberté de la presse en Guinée.

« On est vraiment inquiet suite à ces menaces dont les journalistes sont victimes » s’indigne Sidi Diallo, SG du syndicat des professionnels de la presse privée.

De son côté, le mis en cause qui s’est déjà présenté devant le Procureur lundi dernier explique comment cela est arrivé : « La Radio Milo Fm dont je gère depuis quelques années est considérée de nos jours comme le premier ennemi du pouvoir actuel à cause de la neutralité de son personnel dans le traitement de l’information. Car aujourd’hui à Kankan, si une radio ne veut pas être en mal avec les autorités de Kankan à l’occurrence avec la justice, elle ne doit parler que du bien du pouvoir en place ou bien qu’elle se taise si non elle sera à tout moment la proie des autorités.

Pas plus tard que le samedi dernier, poursuit notre confrère, ‘’le président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Kankan Bakary Kaba a demandé à un journaliste en pleine activité d’arrêter le journal du matin et il a matérialisé ses propos par écrit en mettant en garde la Radio de diffuser désormais des informations relatives à la situation qui prévaut dans la cité’’, révèle Bouya Kébé au micro de nostalgie guinée.

A rappeler que le seul acte commis par notre confrère est d’avoir donné la parole à un auditeur au cours d’une émission, qui a critiqué le discours du Chef de l’Etat, le 28 mai dernier.

Abdou Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.