Kankan : Découverte d’un corps en état de putréfaction !

Les découvertes macabres s’enchainent à Kankan. Après celle qui a été repêché des profondeurs d’un puits, c’est la dépouille putréfiée d’un jeune homme qui a été retrouvé dans l’après-midi de la même journée du mardi 08 octobre 2019, dans une petite cabane qu’il louait au secteur 4 du quartier Bordo dans la commune urbaine. L’identité de la victime et les circonstances qui ont prévalu à sa mort demeurent un peu flou.

Dans les environs de 16 heures au secteur 4 du quartier Bordo, un grand nombre de citoyens riverains étaient déjà rassemblé. Tout le monde avait le regard vers la petite cabane fermée qui se trouvait à l’étroit des autres lieux d’habitation. Des enfants qui jouaient au football aux alentours, y ont inhalé une odeur nauséabonde et ils ont couru alerter leurs parents. Selon Famoudou Diawara chef du quartier, il s’agit d’un corps en état de décomposions avancée.

« Dans les parages de 16 heures, j’ai eu un coup de téléphone, m’annonçant cette situation très préoccupante. Nous avons trouvé un corps dans une maisonnette sans attendre, je suis immédiatement venu. J’ai fait comprendre qu’il faut absolument l’intervention des responsables. Il suffit de s’approcher de la cabane pour savoir à travers l’odeur, que le corps est en état de putréfaction avancée ». A-t-il expliqué.

En dépit des nombreuses heures passées à joindre les autorités et de la présence de 3 agents de la police sur le lieu, pour le  chef de quartier, il faut absolument attendre des agents de la Croix-Rouge avant d’ouvrir la porte pour s’assurer du contenu de cette cabane.

« Dès qu’il y a un problème de ce genre, on ne peut pas se passer d’eux. Donc il faut absolument que la Croix-Rouge soit là avant qu’on n’ouvre la porte. Sinon ça fait plus d’une heure de temps qu’on les attend mais ils retardent. Mais on ne peut rien entreprendre d’abord car le corps est en décomposition». A-t-il appuyé.

L’attente n’aura été brève. Car c’est finalement dans la nuit aux alentours de 20 h qu’un seul agent de la Croix-Rouge s’est pointé sous pression du préfet a-t-il dit.

Ce dernier avec l’appui de quelques jeunes du secteur et en absence des agents des forces de sécurité ont défoncé la porte, désinfecter la dépouille avant de l’emballer dans un sac mortuaire. Après cette action, l’agent de la croix rouge a disparu vite.

Sans un véritable constat de spécialiste, difficile d’avoir des précisions nettes sur  les conditions de cette mort et encore moins sur l’identité de la victime.

« Le nom du défunt c’est un certain Barry. C’est un marchand ambulant, il serait originaire de  Mamou et selon son logeur, il habite ici depuis plus de 2 mois. C’est tout ce qu’on sait pratiquement de lui ». A ajouté le chef de quartier.

Sans poser trop de questions, dans les bandes de 20 heures, le corps a été transporté sous recommandation du chef de quartier vers le cimetière de Bordo pour y être enterré. A signaler qu’un sachet plastique rempli de médicament pharmaceutique et de seringues a été retrouvé à côté de la dépouille. Toute porte donc à croire qu’une maladie l’aurait emporté à tout jamais.  

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.