Kankan : Des étudiants de l’institut de formation El Hadj Djiba Konaté, en colère !

Les étudiants et encadreurs de l’institut de formation en santé EL Hadj Djiba Konaté situé dans la localité de Dabadou, à quelques kilomètres de la ville de Kankan, ont protesté ce mardi 12 mars 2019, contre la pollution de leur environnement de travail. Ils tiennent pour responsable, de cette situation qui serait à la base d’après eux, d’une épidémie de paludisme dans la localité et ses environs, certains citoyens de la commune urbaine de Kankan.

Ils étaient près d’une centaine d’étudiants à scander leurs râle-le-bol, dès les premières heures de la matinée. Ils se sont regroupés dans l’enceinte de l’institut de formation, EL Hadj Djiba Konaté et ont décidé, de suspendre les cours pour aller se faire entendre dans la rue en commun accord avec leurs encadreurs. Ibrahima Khalil Condé, étudiant au sein de cet institut, explique les raisons de cette brusque manifestation.

« Ils nous exposent à des maladies. Des mouches considérées comme des agents vecteurs nous envahissent. C’est pourquoi la direction s’est mobilisée pour aller demander que les gens arrêtent de polluer l’environnement. Et nous avons même constaté que la nuit, ils brûlent ces ordures qui comporte même des déchets bio de l’hôpital. Cette pollution de l’atmosphère, nous expose à des maladies respiratoire, ou cardio-vasculaire ». Nous a-t-il expliqué.

De son coté Aissata Mania Diakité, elle aussi étudiante de la 2ème année dénonce non seulement la même situation mais aussi l’arrestation d’un de ses encadreur.

« Nous sommes fâchés, nous sommes énervés. Parce que notre santé est menacée. Et il y a un monsieur qui s’est qui s’est bagarré avec notre directeur. A cause de cela, il a été arrêté. Donc nous manifestons aussi pour lui affirmé notre soutien ». A-t-elle souligné.  

A préciser qu’un camion qui serrait venu faire une décharge d’ordure, a été arraisonné par ces étudiants et leurs encadreurs. C’est à la suite de cela, que le directeur de l’école aurait été mis aux arrêts.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.*

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.