Kankan : Fin des épreuves du Baccalauréat 2019 !


C’est terminé ce vendredi 19 juillet 2019, pour les épreuves au compte du baccalauréat unique session 2019, qui avaient démarré le lundi dernier sur toute l’étendue du territoire national. Après presqu’une semaine d’évaluation dans les différents centres d’examen de la commune urbaine à l’image du Lycée Morifingdjan Diabaté (LMD), on fait à présent place aux appréciations des candidats et encadreurs.

Après ceux du CEP (Certificat de fin d’Etude Primaire) et du BEPC Brevet de fin d’Etude du Premier Cycle), ce fut au tour ce vendredi, des candidats au Bac, de ranger définitivement leurs stylos au compte des examens nationaux de l’année scolaire 2018-2019.

Au sortir de cinq jours d’épreuve au Lycée Morifindjan Diabaté(LMD) qui englobait en son sein deux centres d’examens, aucune fausse note majeure n’est à déplorer pour  le chef dudit centre Mory Mariam Konaté.

« Du début à la fin, les épreuves se sont déroulées dans de bonnes conditions au sein de ce centre d’examen. On aucune fausse note n’a été enregistrée. Avec les surveillants, on a pu gérer les problèmes de téléphones dès la rentrée des salles de classe. Parce qu’ils ont fouillé systématiquement tous les candidats qui à leur tour, se sont conformés aux règlements généraux en vigueur ». A-t-il assuré.

Pourtant l’un des 781 candidats  qui ont composé dans ce centre, interrogé, dénonce des anomalies. A en croire son témoignage, plusieurs candidats étaient munies de leur téléphones portables durant les épreuves.

« Depuis le début de ces examens, on a eu beaucoup d’anomalies. Malgré l’interdiction formelle du téléphone, des élèves en possédaient quand-même. Plus d’une soixantaine a été saisie par le délégué. Quelques-unes ont été écrasées à même le sol sous mes yeux. Mais en dépit de tout ça, on voyait des téléphones sillonnés dans les salles de classes comme la notre par exemple ». A-t-il témoigné.

Et puis, plus loin dans ses propos, il dénonce aussi un rançonnage des candidats, orchestré par certains membres du personnel surveillant déployé dans ce centre.

« Certains surveillants même ne respectaient guère les normes. Ils imposaient des quotas aux élèves. Ils menacent d’être sévères au cas où nous ne cotisions pas. A chaque fois que le délégué visite les salles, ils se mettent à faire semblant pour tromper la vigilance de celui-ci ». A-t-il décrié.

A rappeler que cette année la région de Kankan a présenté pour les épreuves de ce Bac Unique, au total 9.056 candidats tous profil confondus.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.