Kankan : La filière mangue, vers sa disparation dans la région !

La ville de Kankan, autrefois considérée comme grenier dans la production de mangue à travers tout le pays, connait de nos jours une baisse considérable.

Sur les raisons de cette baisse de production de ce fruit, les pratiquants de la filière apportent des précisions

C’est le constat établit en cette période dite ‘’des mangues à Kankan par notre correspondant basé dans la localité.

D’après les constats, la mangue se fait de plus en plus  rare ces derniers temps dans la ville de Kankan comparativement aux années précédentes où les manguiers envahissaient toutes les altères de la ville. Malgré de multiple avantage que procure cet arbre à la population, notamment dans la commercialisation et la préservation de l’écosystème, les citoyens continuent toujours à l’abattre pour des fins qu’ils jugent utiles.

Daouda Saladou Diallo est le deuxième chargé des forêts à la section eaux et forêts de Kankan. Il explique les facteurs qui entrainent cette rareté. « Le gros des facteurs que je puisse vous donnez, est que l’usine de fruit qui aidait beaucoup les producteurs s’est arrêtée. Quand cela est fait, beaucoup de plantation a été dévastée au profil de l’anacardier. Donc de nos jours, ces manguiers ont disparus au profil des anacardiers. Un autre facteur, est l’installation des lampadaires qui nous a coûté beaucoup de centaine de manguier »

Poursuivant, cet agent des eaux et forêts formule des pistes de solution pour que Nabaya recouvre sa réputation de terre d’abondance des mangues. «  Il n’y a que le gouvernement seul qui puisse remédier à ce fléau. La solution serait de relancer encore la culture de mangue en subventionnant les producteurs »     

En dépit de ces facteurs qui contribuent à la disparation de cette végétale, il faut ajouter l’urbanisation très avancée que connaisse de la ville de Kankan.

Pour rappel, vers les années 70,  la ville de Nabaya était réputée être un grenier à mangue. Il est donc tant pour les autorités de faire face à ce phénomène qui prend de nos jours une proportion inquiétante dans préfecture de Kankan.

El hadj Fodé SOUMAH, www.Kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.