Kankan : La jeunesse dans la rue, réclame la mise en place du conseil communal !

Des jeunes de la commune urbaine de Kankan, ont battu le pavé ce lundi 28 janvier 2019, pour  dénoncer le retard du processus de mise en place des exécutifs communaux. Réunis sous la bannière d’une association baptisée « collectif des jeunes pour le développement, à travers cette marche pacifique, ils ont exigé la mise en place du conseil communal.

Ils étaient une bonne dizaine de jeunes activistes. C’est le rond point  Komarala Loisir, qui leurs a servi de point de départ. Muni de pancartes et de banderole, ils ont longé vers la place des martyrs en passant par le rond point de l’église catholique. Selon Nakany Konaté porte parole des jeunes manifestants, c’est suite à une longue réflexion sur le bon fonctionnement de la commune, que cette décision de marcher fut prise.

« Nous avons fini de voter ça fait longtemps. On a donné nos voix. Alors nous ne pouvons pas  accepter de voir les gens s’amuser avec ces voix et rester les bras croisés. C’est le développement de la commune qui est freiné. Et nous avons donc décidé de nous unir pour dire non à tout ce cirque». A-t-elle déclaré.

Scandant partout, des messages de dénonciation, ils ont été  stoppés pendant quelques minutes au niveau du stade préfectoral, par des agents de la sécurité obéissants aux ordres du préfet Aziz Diop. Il s’est dit pas content de la manifestation.

« Je ne suis pas content. Avant d’entreprendre quoi que ce soit, vous devriez d’abord m’adresser une lettre d’information. Mais je ne suis pas informé. Ce n’est pas comme ça que ça se passe ». A-t-il sermonné.

Toujours à en croire la porte parole, l’autorité communale actuelle, en occurrence le secrétaire général qui assume les fonctions de maire, aurait refusé de recevoir leur lettre d’information avant la ténue de cette manifestation.

« Le secrétaire général de la commune Laye Camara, qui assume les fonctions de maire, on l’a adressé notre lettre d’information. Il nous a dit qu’il ne prend pas la lettre. On a insisté auprès de lui, pour que hiérarchie soit informée de notre sortie. Il nous a répondu que tout se fonctionne à bien au niveau de la mairie et qu’il y avait aucune raison de manifester. C’est ainsi qu’il a rejeté la lettre ». A-t-elle signalé.

Après les avoir finalement reçus dans la salle de réunion préfectorale, Aziz Diop a légitimer  la revendication des jeunes et apporté ses précisions. A en croire, le premier magistrat de la préfecture, le blocage du processus, n’émane pas de l’administration, mais des 41 conseillers de Kankan.

« Les citoyens ont le droit d’interpeller les autorités. Pour savoir pourquoi, la non installation des exécutifs communaux. Pourquoi jusqu’ici, on n’a pas de maire ? En tant que préfet, moi-même j’ai honte de la situation. Mais ce qu’il faut admettre aussi, c’est que le problème ne dépend pas de nous. Si les 41 conseillers choisi par la population ne s’entendent pas, on ne peut rien. Je vous le jure, si les 41 conseillers m’appellent et me dise qu’ils sont prêts, on va élire le maire sur le champ ». A-t-il assuré.

Il faut signaler que ça va faire un an, dans quelques semaines que les citoyens de Kankan, attendent la mise en place de leur bureau exécutif communal.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.