Kankan : La mesure de diminution des passagers dans les véhicules prise à la légère par les transporteurs !

Kankan : La mesure de diminution des passagers dans les véhicules prise à la légère par les transporteurs !

Réduire au strict minimum le nombre de personnes dans les véhicules de transport commun, est l’une des nombreuses mesures de prévention mises en vigueur par les autorités pour lutter contre le COVID-19.
Quant est-il du respect de cette mesure à Kankan, mieux comment réagit-on face à une telle mesure dans le camp des acteurs du secteur ?  
Voici ce que nous propose à l’issue d’un constat établit dans quelques-unes des gares routière, notre correspondant basé dans la localité.
4 personnes dans les taxis, 10 à 13 dans les minibus et environ 40 dans les bus, c’est le nombre de passagers requis désormais pour le transport commun en guinée en cette période de crise sanitaire.
A la gare routière indépendante de Kankan, cette mesure n’est pas respectée, Karinka Faro, responsable des lieux, s’explique :
« Si on dit de prendre 6 personnes dans une voiture de 9 places, c’est difficile pour les chauffeurs, parce que si tu calcules les frais de transport de ces 6 et les frais de carburant du véhicule, donc même si le syndicat prend ces dispositions au sein de la gare routière pour le respect de ses normes, les chauffeurs une fois hors la gare, prennent des passagers supplémentaires pour remplir leur véhicule, alors nous demandons au gouvernement de diminuer le coût du carburant à la pompe, sinon si on ajoute les frais de transport des passagers réduit sur le transport, ça ne va pas aller. » A-t-il expliqué.
A la gare routière de BADA, un responsable nous a confié hors micro, que ces mesures y sont effectivement respectées, mais que par faute de diminution de passagers dans les voitures, ils repartissent leurs transport sur celui de ceux qui sont autorisés, c’est-à-dire que par exemple, le transport Kankan-Conakry est passé d’un laps de temps de 150 000FG à 207 000FG.
Pour finir, Karinka Faro assure que les mesures d’hygiène, c’est-à-dire le lavage strict des mains sont respectées dans sa gare routière, mais ne dispose d’aucun matériel pouvant l’aider à identifier les cas suspects qui peuvent provenir de Conakry :
« Dans notre gare routière, les passagers ne rentrent pas dans les véhicules sans d’abord qu’ils ne se lavent les mains, il y’a des personnes qui nous ont promis de nous donner des matériel pour détecter les cas suspects provenant des autres localités, mais jusqu’à présent on a rien reçu, nous demandons au gouvernement de nous aider à avoir ces matériel, pour mieux éviter cette maladie. »
Enfin il faut rappeler que, la diminution du prix du carburant à la pompe, pourrait amener les transporteurs à respecter ces mesures de prévention, tout en revenant aux prix d’antan.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant de Kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.