Kankan : La rentrée Universitaire on constate toujours une faible affluence !

Parallèlement à l’engouement qu’on a constaté sur le terrain dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire, l’ambiance reste et demeure timide du côté de  l’université Julius Nyerere de Kankan. Cette institution d’enseignement supérieur à l’image des autres  a  bel et bien ouvert ses portes ce lundi 07 octobre 2019, mais il n’y a pas du tout eu d’affluence au niveau des étudiants.

Ce lundi, les cours n’ont pas repris à l’université Julius Nyerere de Kankan. Les milliers de jeunes étudiants de cette enceinte comme Mamady Sylla, ont d’abord la tête aux préalables tels que les  opérations d’inscription, de réinscription ou l’achat de fourniture.

« Nous n’avons pas fait cours, parce qu’il y a des préalables. Il faut se réinscrire, faire des achats de fournitures. La réussite du parcours dépend de tous ces préparatifs là aussi».A-t-il indiqué.  

En ces premiers jours de la reprise universitaire, seulement une poignée de nouveaux, ont fait la queue pour se faire inscrire auprès du service de la scolarité. Oumar Cissé, en dépit de n’avoir pu s’inscrire est tout de même joyeux d’avoir pu rencontrer quelques copains.

« Ce n’est pas facile  d’être admis à l’université. Je suis très content d’être ici. Même si on n’a pas encore procéder à l’inscription pour le moment encore moins commencer les cours, ça fait quand même du bien de partager des instants campus avec les amis ». A-t-il attesté.

eDjenabou condé, orienté au département de Mathématique pressé de prendre des cours, traine à la scolarité depuis le lundi passé mais n’arrive pas inscrire. Cela s’explique sans doute selon elle, par le manque d’engouement qui caractérise le processus. Alors elle lance un appel aux autres.

« Moi je suis venue pour m’inscrire, mais je constate qu’il y a peu d’étudiants présents sur place. Je présume aussi qu’il n’y aura pas cours aujourd’hui. J’invite vraiment tout le monde à venir,  pour qu’on puisse bien débuter les cours ». A-t-elle clamé.  

A noter que la lenteur du processus d’inscription et de réinscription dans cette université serait aussi due à la cherté des frais à effectuer qui s’élève à 250 milles GNF voir plus.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.