Kankan : La société en proie au phénomène de mariage précoce !


Le mariage précoce est une pratique très fréquente en Afrique de l’ouest, et notamment en Guinée où plus de la moitié des filles sont mariées bien avant l’âge de 18 ans. Dans la circonscription de Kankan, même si les institutions peinent à fournir des chiffres, il est du moins indéniable que les moyens de lutte et de prévention laisse fortement à désirer  n’est pas pour autant épargnée par ce phénomène.

Chaque année, des milliers d’enfants à travers le monde et plus particulièrement des jeunes filles sont mariés avant l’âge de 18 ans. Et même au pire des cas, avant l’âge de 11 ans. Les partenaires qu’on leur impose ont le plus souvent le même âge que leur père voir même plus.

En dépit des moyens légaux qui existent pour freiner le phénomène, le constat dévoile que ce droit humain fondamental, faisant trait à la liberté, pour ses jeunes filles, de disposer de leurs corps et de leur propre vie est bafoué. Des mineurs sont mariés aux vus et aux sus de tous même en plein centre ville de la commune urbaine de Kankan. 

Pour certains professionnels de l’éducation comme Kamano Faya Roger, enseignant à l’école primaire de Salamani, la pauvreté est la cause fondamentale de ce fléau.

« Aujourd’hui beaucoup de parents marient précocement leurs enfants à cause de la pauvreté. Pour avoir des bœufs, surtout en Haute-Guinée. Dès qu’on voit un jeune qui a un peu sou qui fréquente une jeune fille, on les précipitent dans une union ».

Au-delà des conséquences sociales, ce phénomène affecte aussi le mécanisme biologique des jeunes filles.  Kamano Faya Roger.

« Une fois qu’une mineure est donné en mariage c’est sa scolarisation qui est bafouée. Biologiquement, les conséquences sont inouïes. Ses organes génitaux, ne pourront en aucun cas faire le poids pour satisfaire les désirs sexuels d’un homme adulte. En cas de grossesse aussi, elle connaitra assez de difficultés pendant l’accouchement ».  

Pour finir il exhorte les parents, à faire face à l’éducation de leurs enfants au lieu de les marier.

« Il faut conseiller les parents de ne pas donner les enfants en mariages pour se débarrasser de leurs responsabilités. Il faut qu’ils assument leur pauvreté, et acceptent d’éduquer les enfants, en leur disant la vérité. Il ne faut pas les cacher la vérité. Les mettre en garde vis-à-vis des maladies sexuellement transmissible ». 

Enfin retenons que, le mariage précoce est aussi un phénomène ancré dans la mentalité, héritée de génération en génération.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.