Kankan : Lamine Kamara fait la dédicace de son troisième livre intitulé ‘’Mariam Waraba’’ 

La salle de lecture Sansy Kaba Diakité du camp Militaire Soundiata Keita de Kankan, a servi de cadre ce vendredi 28 juillet 2017,  pour la cérémonie de dédicace du tout nouveau roman de l’auteur guinéen Lamine Kamara communément appelé ‘’Kapi’’.

L’œuvre intitulée ‘’Mariam Waraba ‘’ éditée en France par Editiam Continental a été présentée en présence des autorités locales et des dizaines de lecteurs.

Après s’être prêté aux multiples questions de curiosité des différents participants, l’auteur, Lamine Kamara, a fait un aperçu bref de son œuvre.

 « C’est une fille qui a été désirée, par une mère qui n’avait de fille. Une fois qu’elle est née, la mère ne pensait pas qu’elle allait perdre cet enfant. Elle en a sept, et la seule qu’elle perd c’est celle-là. Elle la perd dans des conditions assez bizarres. Puisqu’elle l’a confié à une personne de passage. Et l’enfant donc perdu, se retrouve en Guinée, alors qu’elle est née en Haute Volta, actuel Burkina Faso. Elle passe toute sa vie en Guinée ici, sans savoir que celle dont elle a tété les seins et qui l’a élevé tout ce temps n’est pas sa mère utérine. C’est seulement vers la fin du roman, pour garder le suspense, qu’elle découvre sa mère, en retournant en Haute Volta » se résumât-il.

Et puis, s’adressant à la nouvelle génération de jeunes tentés d’écrire, il donne des conseils pratiques.

« On n’écrit pas sans dictionnaire, encore moins des dictionnaires de synonymes, Vous avez des logiciels informatiques qui existent maintenant : 50 conseils pour un nouvel écrivain. Ce qu’il faut éviter, si vous écrivez pour la première fois, c’est de faire des phrases kilométriques, écrivez des phrases courtes. Il faut faire en sorte que vous n’abusiez pas des adjectifs, ni des adverbes. Car dans le français, comme dans la plupart des langues, il y a des synonymes mais il n’y a pas de synonymes exacts. Si vous ne faites pas attention, vous risquez de vous contredire. Plus vous êtes simple, mieux ce sera » préconise-t-il.

Après avoir honoré cette cérémonie par sa présence, le gouverneur de région, Général Mohamed Gharé, ne manque pas d’évoquer ses impressions et d’encourager la jeunesse de Kankan à beaucoup lire

« L’éminent écrivain Lamine Kamara, nous a bercé à travers son œuvre, tout ce que je demande c’est que la jeunesse de Kankan s’intéresse beaucoup plus à la lecture. Car il n’y a pas de formation de cadre, sans lecture ». assure-t-il.

Il faut préciser que l’auteur Lamine Kamara dit Kapi, est le président de l’Association des écrivains de Guinée, et auteur de deux autres romans dont l’emblématique ‘’Safrin’’ ou le duel au fouet.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.