Kankan : le corps sans vie d’un enfant repêché d’un puits au quartier Timbo !

C’est dans la nuit de ce vendredi 15 mai 2020 qu’a eu lieu cette surprenante découverte dans le secteur 3 du quartier Timbo, à quelques centaines de mètres de la grande mosquée de Kankan. Mais c’est dans la matinée de ce samedi 16 mai, aux environs de 10 heures que le corps sans vie du petit Nouhan Camara âgé de seulement trois (3) ans, a pu être retiré d’un puits se trouvant en face de sa concession familiale, 5 jours après sa disparation selon ses parents.

Moussa Camara le jeune père de 25 ans, interrogé, raconte : « Mon fils avait disparu depuis maintenant 5 jours. Après l’avoir recherché partout dans le quartier, on est allé faire des communiqués dans les médias. Puisque qu’on ne le retrouvait toujours pas, on s’est dit aussi d’aller consulter un marabout qui nous a apporté des bénédictions, la même nuit j’ai reçu l’information quand je prenais mon café,  que mon fils a été retrouvé dans le puits, c’est ainsi que   je suis venu et que j’ai vu son corps en plaine décomposition ». A-t-il expliqué.

C’est l’odeur qui empestait le secteur à croire le voisinage, qui a conduit à la découverte du corps de l’enfant en voie de décomposition. Mais la question que tout le monde se pose est de savoir comment le gamin s’est retrouvé dans ce puits qui était de surcroit refermé sur lui. Après les premières observations, Capitaine Souaré le commandant adjoint  du service de la protection civil de Kankan, déduit une piste criminelle.

«Vu que la profondeur du puis n’est pas grande, nous nous privilégions la piste criminelle. Ça a tout l’air d’un crime organisé impliquant le voisinage sinon je ne vois pas vraiment pas comment un enfant de 3 ans peut tomber dans un puits et le refermer pour mourir à l’intérieure. Je ne crois pas que ce soit une mort naturelle ». A-t-il déduit.

Cependant toujours selon lui, il revient à un médecin légiste de faire des analyses et à la police de mener des enquêtes. Justement Commissaire Soumah, du commissariat urbain du quartier Korialen, dépêché sur le lieu, nous a dit être à l’attente du rapport des médecins légistes pour engager oui ou non une enquête.

« Nous travaillons avec les légistes. C’est à eux de nous transmettre un rapport à partir, il détermine si c’est une mort suspecte ou naturelle. Si elle est suspecte, nous engageons une enquête ». A-t-il précisé.

Sauf qu’aucun médecin légiste n’était présent à la remontée du corps fragmenté du jeune garçon du puits. Aucune autopsie du corps n’a été effectuée. Le corps emballé dans un sac mortuaire a transporté dans un tricycle pour le cimetière le plus proche pour y être enterré après une prière funèbre.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant de Kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.