Kankan : Le Nabaya n’a pas manqué à la célébration de la fête de l’aïd-el-kébir !

On célèbre aujourd’hui, la fête de l’Aïd-el-kébir. Les fidèles musulmans de Kankan, à l’instar de leur coreligionnaire du pays n’ont pas été en marge de cette célébration. De la grande prière du matin, à la grillade du soir, en passant par l’immolation du bétail et les salutations d’usage de l’après-midi, la fête de la Tabaski a été célébrée dans l’allégresse et le partage à travers tous le Nabaya ce dimanche 11 août 2019.

Un dimanche pas comme les autres. Dès les premiers chants du coq, les différents ménages  musulmans du Nabaya étaient déjà en éveil. Ils prennent les dernières dispositions avant de se diriger vers la grande mosquée pour prendre part à la prière de circonstance.Par conséquent à Kankan, tous les services de l’administration publique et privées étaient fermés.

Les rues et les trottoirs de la ville étaient bondés de monde. Tous le monde marchait dans le même pas, direction la grande mosquée situé au quartier Timbo à quelques pas seulement du centre ville.

Côté vestimentaire, rien de vraiment extraordinaire. La majorité des citoyens comme d’habitude, étaient habillés dans leur boubou en Bazin, trappés de tissus de toutes sortes et de toutes couleurs  et aussi, pour couronner le tout, la tête enrôlée de bonnet ou de turban.

Après s’être acquitté de leur devoir religieux, les machettes et les couteaux ont été bien aiguisés car le moment de l’immolation du bétail avait sonné. Après avoir fait passer le couteau sous la gorge de la bête de sacrifice, la viande est dépecée et partagée entre la famille, les amis et les nécessiteux. Un acte visant à perpétuer la tradition du prophète Abraham.

Cette étape a été suivie dans l’après-midi par des visites à domiciles que les fidèles ont effectué, dans le but d’exprimer des bénédictions et des vœux de bonheur à l’endroit des habitants dans les différents ménages de leurs entourages.

Et pour finir la soirée en beauté, des séances de grillade sont organisées un peu partout dans la ville pour déguster en famille ou entre amis des morceaux de viandes bien assaisonnées le tout accompagné de quelques notes de musiques.

Bref, en attendant la grande Mamaya (mythique danse traditionnelles du terroir), qui débute à compter de ce lundi 12 août, on peut le dire sans hésiter, à Kankan, la fête de l’Aïd-el-kébir, comme d’habitude n’est pas passé inaperçue.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.