Kankan : Le Président régional du CNOCS dénonce les morts lors des manifestations et réclame justice !

La marche funèbre organisée ce lundi par les militants du FNDC s’est soldé par la mort de deux personnes. Au lendemain de ce tragique évènement, les réactions se multiplient. A Kankan, une voix se lève au niveau de la société civile locale pour dénoncer ces pertes en vie humaine. Dr. Lounseny Chérif, président  du bureau régional des organisations de la société civile de Kankan, n’apprécie pas ces tueries qui ont caractérisé cette dernière sortie en date des militants du Front Nationale pour la Défense de la Constitution à Conakry.

« C’est avec assez de regret que j’ai suivi l’évènement. J’ai beaucoup regretté. Chaque fois qu’un guinéen meurt c’est un de moins. On ne peut jamais souhaiter la mort d’un guinéen. Vraiment j’ai appris cela avec assez d’amertumes. Quand j’ai vu les images des corps des jeunes exposés avec le drapeau national, ils sont morts à la fleur de l’âge. Ce n’était pas beau à voir ». A-t-il déploré.

Pour mettre un terme à cette hémorragie meurtrière qui gangrène les manifestations notamment de protestation en Guinée, il préconise la justice.

« Je crois qu’il faut que tout le monde s’y mette pour qu’on découvre les vrais coupables de ces morts-là. Le jour qu’on trouvera les vrais coupables et qu’ils seront traduits en justice, on pourra mettre fin à ça. Tout le problème est là. Qui tue lors de ces manifestations ? Il a été démontré quand même qu’on peut organiser des manifestations en Guinée sans violence. Je crois que lors des manifestation du 26 et celle du 31 octobre, bien qu’il y avait 50 fois plus de monde, on a pas connu de mort ». A-t-il exposé.

A noter qu’une nouvelle grande manifestation de contestation du projet de nouvelle constitution porté par le président Alpha Condé est prévu pour ce jeudi prochain.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.