Kankan : Le prix du ciment prend son envol !

Mauvaise nouvelle pour les bâtisseurs. Le prix du ciment, principal matière de construction a flambé dans tous les points de vente de la commune urbaine de Kankan. Le sac qui était précédemment vendu de 65 à 67.000 FGN, s’achète de nos jours jusqu’à 90.000 GNF en fonction de la qualité. A en croire les explications recueillies sur le terrain, c’est la cherté des frais de transport conséquence du mauvais état des routes en cette saison des pluies qui est à l’origine de cette brusque augmentation.

Pour une flambée ! On peut dire que ça en est vraiment une. De nos jours, le prix du paquet de ciment sur l’ensemble des marchés de la commune urbaine de Kankan connait une hausse vertigineuse. En effet si les différents acheteurs, en raison des différentes qualités qui leurs sont offertes, pouvaient s’octroyer auparavant le sac de seulement 65 à 67.000 FGN, aujourd’hui, la donne à littéralement changé.

Le ciment ‘’Diamond’’, par exemple qui est très prisé par de nombreux constructeurs certainement à cause de la faiblesse de son prix par rapport aux autres, coûte actuellement entre 77 et 85 milles GNF.

Quant à l’autre type appelé communément ciment de Guinée, aussi très courtisé selon de nombreux architectes, notamment sur les gros chantiers, il passe de 80, 82.milles GNF, pour se retrouver dans les 85, 86 voir même 87 milles GNF par endroit.

Et enfin, vient la grande pointure. C’est le ciment d’importation signé LAFAGE, sans aucun doute, la qualité supérieur, puisqu’il coûte encore plus chère que les précédents. Le sac se vend carrément au prix fixe de 90.000 GNF alors qu’il coûtait y a de cela, seulement quelques jours, entre 85, 86 et 87 milles GNF.

Les raisons de ces augmentations brusques sur le prix du ciment ? C’est une information que la quasi-totalité des commerçants n’a pas daigné nous livrer pour la simple raison qu’elle se méfie des médias.

Alors c’est en nous faisant passer pour de simples clients scandalisés par ces nouveaux prix du paquet de ciment à Kankan, que l’un d’entre eux, dans ses explications, nous dira que « les prix d’achat ont non seulement été revus à la hausse dans les différentes usines de fabrication à Conakry, mais aussi les camionneurs qui assuraient le transport de 40, 45 tonnes de ciment, à cause de l’impraticabilité de la route national dû aux pluies qui tombent, ont tous décidé de ne plus excéder les 30 et 35 tonnes. Alors qu’ils n’ont même pas pensé à réduire dans ce cas,  les frais de transport (qu’il n’a pas déterminés)».     

A noter aussi que toujours en quête d’informations nous nous sommes rendus au sein de l’entreprise El Hadj  Demba KOULIBALY,  situé à quelques mètres de la  grande mosquée, le gestionnaire de cet important point de vente de ciment, s’est juste contenté de nous refouler avec insolence.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.