Kankan : Les citoyens se bousculent à la recherche d’eau potable!

En cette période de session sèche, l’eau est de plus en plus la denrée la plus recherchée par les citoyens de la ville de Kankan. Pour trouver de l’eau potable, ces citoyens courent tous les risques. Ils se lèvent chaque jour, au premier cri de coq pour aller se mettre en rang, afin de  pouvoir remplir au moins deux (2) bidons par personne.

Pour s’en rendre compte de ce manque d’eau, il suffit de faire un tour dans les quartiers de Kankan. Et  là, ce qui frappe directement à l’œil, ce sont des bidons jaunes qui poussent dans les robinets, tous à la recherche de l’eau potable. Ici, les femmes ménagères se lèvent au champ du coq pour aller chercher de l’eau potable.

Comme en témoigne cette mère de famille d’une quarantaine d’années  «  Nous avons un sérieux problème d’eau en cette session sèche. Nous nous levons de fois à 4h du matin jusqu’à 10h à la recherche d’eau. Dans notre quartier, il n’ y a un seul pompe où tout le monde vient puiser. On n’est tenu obliger par fois aller chercher de l’eau au fleuve. Vraiment c’est difficile »

Par contre dans d’autres quartiers notamment à Siatagbè, grâce à des personnes de bonne volonté,  ces femmes peuvent se frotter les mains de la desserte de cette denrée primordiale.

« Nous  remercions le tout puissant Allah. Ici dans notre quartier nous avons suffisamment d’eau potable .On n’a pas assez de  problème d’eau, grâce aux  personnes de bonne volonté, il y a des forages un peu par tout. De fois même les gens quittent dans leur quartier pour venir chercher de l’eau ».

Malgré que la guinée soit qualifiée de château d’eau de l’Afrique de l’Ouest, il faut noter que le manque d’eau potable est l’un des problèmes majeurs pour le développement socioéconomique du pays.

Il est donc temps pour les responsables de faire face à ce secteur prioritaire afin de mettre fin à ce calvaire des femmes, mais aussi aider la population à utiliser de bonne qualité car le manque d’eau potable source de maladie.

El hadj Fodé SOUMAH, www.Kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.