Kankan : Les militants du RPG se tirent dessus dans la Sous/préfecture de Tokonou, le préfet fait son constat !

Après les violents affrontements meurtriers ayant opposés deux groupes rivaux de militants du RPG arc-en-ciel, la semaine dernière dans la sous-préfecture de Tokounou, située à 120 KM de Kankan, les autorités locales se sont rendues sur les lieux ce dimanche 07 avril 2019, pour des fins de constat. Invité le soir sur les ondes d’une radio locale, le préfet Aziz Diop, s’est exprimé sur le sujet et promis de mettre à la disposition de la justice, tous les présumés coupables de cette affaire.

Contrairement au bilan de deux morts et plusieurs blessés graves, qui furent relayé comme bilan de ces affrontements sur divers médias, aux dires du préfet de Kankan Aziz Diop, le bilan fait plutôt état d’un seul cas de mort, de nombreux blessé graves et trois cas de blessure légère.

« Nous étions sur les lieux. On a déploré un cas de décès, suite à une blessure par balle. Plusieurs blessés graves ont té évacués à l’hôpital régional de Kankan. Trois cas de blessure légère ».

Selon Aziz Diop, toute cette affaire, tourne autour de l’élection du maire. Aussi, il dénonce une manipulation politique orchestrée par le chef de la notabilité.

« C’est une affaire politique, sur fond de manipulation. Le RPG a présenté deux candidats durant l’élection municipale. Un petit groupe s’est présenté sous la dénomination RPG Kouda (La nouvelle RPG en langue locale). Ils sont allés dans ce contexte aux élections. Le représentant du RPG a gagné. Depuis lors, ils ont barricadé la mairie. Et celui qui se dit actuellement chef de la notabilité  se trouve être le cerveau de tout ça ». Poursuivant, il prévient. « Les coupables, il y en a qui ont pris la fuite. Quelques soit leurs rangs, ils seront poursuivis et mis à la disposition de la justice ».  

Et puis, bien qu’il soit contesté par une partie des militants de sa formation politique, le préfet déclare avoir installé Sékou Kamissoko candidat du RPG dans les fonctions de maire.

« Nous avons installé, maintenant officiellement et de façon définitive, le maire élu Sékou Kamissoko. Ses vices maires et les conseillers ».

Enfin toujours selon le préfet Aziz Diop, 150 soldats ont été dépêchés pour un délai d’un mois dans cette commune rurale situé à 120 km de Kankan, pour prévenir un  éventuel regain de violence.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.