Kankan : L’haltérophilie, une pratique sportive qui attire de plus en plus de femmes !

L’haltérophilie, à Kankan, jusque-là on croyait qu’il n’y avait que des hommes qui s’en intéressaient. Pourtant elles sont bien une bonne dizaine de jeunes fille à s’adonner à cette discipline sportive et très  musculaire à la fois.

L’haltérophilie, ou l’art de soulever des charges, si vous croyiez, que seuls les hommes savent le faire, alors détrompez-vous tout de suite. Car au temple d’entrainement Apache, situé au quartier Kabada 1 dans la commune urbaine de Kankan, une dizaine de jeunes filles se donnent chaque jour rend-de-vous, pour faire plusieurs exercices de musculation.

Hadja Lama, étudiante en fin de cycle à l’université Julius Nyerere de Kankan, est l’une d’entre elles.

« J’adore ce sport, parce que ça me permet maintenir mon corps en bonne forme et en bonne santé. J’aime bien venir ici, pour travailler la hanche et le postérieur afin d’avoir une corpulence en forme d’une bouteille de coca-cola ».

Quant à Sylla Diaka, conseillère commerciale chez Orange Guinée et Animatrice culturelle à la radio Nabaya, au-delà d’être aussi en quête d’une corpulence attirante, elle entend aussi rivaliser avec les hommes.

« Ça fait maintenant plus de 6 mois que je viens ici au centre pour m’entrainer. Je suis d’une forme un peu rondelle. Et je veux surtout garder la même forme, avoir une parfaite silhouette ronde. C’est aussi une fierté de m’entrainer au milieu de tous ces hommes. Ça me réconforte à plus d’un titre ».

Vu le nombre très limité de femmes qui s’intéressent à cette  discipline sportive à Kankan, elles lancent chacune une invitation à leurs consœurs.

« Il faut les filles sortent de leur timidité, pour s’adonner à la pratique du sport. Ce n’est pas sorcier, on bien capable de faire autant que les hommes. Et cela dit, ce n’est pas en prenant des poids, qu’on devient violents ».

A noter que c’est la ville de Kankan qui a abrité cette année, la compétition nationale d’Haltérophilie, à laquelle aucune fille n’a pris part.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.