Kankan : Les marchés de la ville sont en manque de produits halieutiques notamment de poisson ! 

Les différents marchés de la ville de Kankan, font actuellement face à une hausse des prix des produits halieutiques en général et plus précisément de poisson.

La limitation des activités de pêche dans la capitale Conakry, la cherté des frais de transport et la montée des devises sont entre autres, le repos biologique, les raisons qui expliqueraient cette pénurie de poisson.

Les consommateurs de la ville, sont confrontés à d’énormes difficultés pour se procurer cette denrée fortement consommée comme stimulant lors des différents repas familiaux.

En plus de la cherté, on en trouve presque plus dans les quatre coins des différents marchés de la ville.

Pour les grands fournisseurs de ville et détenteurs d’appareils frigorifiques, cette situation est bel et bien le résultat de la limitation des activités de pêche dans la capitale Conakry.

Par conséquent, « nous sommes obligés d’aller chercher le poisson jusqu’à Bamako pour venir ensuite le revendre à Kankan à des prix très élevés. Quand les cartons sont en provenance de Conakry, nous les vendions à 190.000 GNF au maximum. Pourtant avec ceux qui proviennent de Bamako, on tient forcément compte de la devise monétaire, des frais de transport, même des nombreuses taxes frontaliers. Alors on fixe les prix à partir de 300.000 GNF». Explique Fodé Soumah, directeur adjoint de l’entreprise ‘’Frigo Sogbè ‘’de Kankan

Sayon Keita, l’une de ces nombreuses femmes qui viennent fréquemment à la recherche du poisson en dépit de cette crise au marché Sogbè, dénonce la faiblesse du gouvernement guinéen qui selon elle, devrait s’impliquer davantage dans le processus d’acheminement des poissons à partir du Mali, du Sénégal, ou de la Gambie.

En retour, Sitan Touré, vendeuse de cette denrée qui se fait de plus en plus rare à Kankan, confirme les plaintes de sa clientèle et pointe aussi du doigt, le rôle de l’Etat dans cette pénurie.

« S’ils ont décidé de limiter les travaux de pêche au niveau de Conakry, ils auraient dû savoir que cela aurait des répercussions sur les pauvres citoyens surtout à l’intérieur du pays ».

A noter que cette crise de poisson perdure à Kankan, depuis bientôt un mois.

 

Cheick Berthé, correspondant Kababachir.com à Kankan

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.