Kankan : par émotion, un homme meurt suite à la qualification de la Guinée au CHAN


Les faits se sont déroulés au quartier Hèrèmakonon dans la commune urbaine de Kankan, le mercredi dernier, jour où le syli national local de Guinée disputait son troisième match de poule face à la Tanzanie. Selon les explications de Paul Guilavogui un membre de la famille, Maxime Guilavogui 76 ans, marié et père de 6 enfants, regardait le match de la Guinée avec d’autres personnes dans un kiosque pas loin de son domicile, c’est suite à l’égalisation du syli, qu’il a piqué une crise pris de joie, sur le coup il est rentré dans le coma. Contactés, les membres de sa famille l’ont directement conduit à l’hôpital mais c’était trop tard, car il a rendu l’âme le lendemain matin :
Maxime Douo Guilavogui est le chargé stage à l’ENA de Bordo. « C’est vers 17 heures qu’il est rentré à la maison et quand le courant de l’EDG est venu il a allumé sa télévision pour regarder le match du syli national, mais comme les images n’étaient pas claires il est descendus un peu en bas là-bas où il est allé dans un kiosque Orange-money où le match était également diffusé. Tout se passait bien au début, à un moment donné la Guinée était menée sur un score de 2-1 les gens étaient frustrés, mais dès que la Guinée a égalisé tout le monde était en joie, c’est en ce moment que lui aussi il était en joie et soudainement il a piqué une crise et il est rentré dans le coma, on l’a transporté à l’hôpital en urgence mais malheureusement c’est hier matin qu’il est décédé. » A-t-il expliqué.
Toute triste et inconsolable, l’épouse du défunt a laissé entendre que son mari souffrait de l’hyper tension artérielle :
« Sa mort nous a tous surpris, je m’en remets complètement à Dieu parce que c’est lui qui connait ce qui s’est passé, nous savions tous que c’est de l’hyper tension artérielle qu’il souffrait et ça lui avait vraiment fatigué ces derniers temps, même quand il a piqué crise et qu’on lui a envoyé à l’hôpital, les médecins nous ont fait savoir que c’est sa tension qui est montée jusqu’à 25. » A-t-elle dit.
C’est au cimetière catholique du quartier Bordo où il a regagné sa dernière demeure dans l’après-midi de ce vendredi.
Depuis Kankan, Aly Badara Keita pour Kababachir.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.