Kankan : Encore un autre problème domanial !

Les problèmes domaniaux à Kankan, on en parle encore. Ce vendredi 28 juillet 2017, un groupe de femmes et d’hommes en provenance du district de Batè Gbenso situé à une soixantaine de kilomètres du centre-ville de Kankan, munis de pancartes ont manifesté leur mécontentement face à l’octroi d’une portion de leur terre à une entreprise d’élevage moderne dénommée ‘’ Contralo’’.

Massivement réunis, en face de la résidence préfectorale de Kankan, Ils mettent en cause, dans cette affaire, plusieurs représentants territoriaux et administratifs de leur localité notamment le président de district.

Après avoir parcouru la longue distance de 60 km, les séparant du centre-ville, les manifestants du district de Batè Gbinso, ont trouvé le préfet, Aziz Diop absent de sa résidence pour, nous dira-ton des raisons de mission.

Outré, à l’image des siens, Docteur Kéita Moriba Mariam, en fonction à la maternité de l’hôpital régional de Kankan, prenant la parole accuse directement l’ancien sous-préfet présentement en service dans l’autre localité de Banlandou, Dramane Camara, d’être de mèche avec l’actuel président de district natif du village d’avoir illégalement légué un domaine de 20 ha à un certain Ousmane Kaba PDG du groupe Gbensso Contralo résident en Espagne.

Concernant les documents qui ont prévalus à l’installation de la ferme sur ces terres, il dénonce un banditisme intellectuel. « Les documents qui ont été signés, sont des documents clandestins. Les parents qui ont signé, aucun ne lire ni écrire. Ils ont tout simplement été berné, les vieux » a-t-il déploré.

Plus loin, ils accusent le dénommé Ousmane Kaba et ses hommes de terrain d’avoir outrepassé une décision judiciaire.

« L’affaire a été envoyée auprès du procureur général du tribunal de première instance de Kankan. Il a instruit que les travaux devaient être arrêtés sur le site jusqu’à ce qu’un consensus soit trouvé entre les différentes parties. Mais entretemps, Ousmane Kaba est entrain même d’étendre son champ d’exploitation dans le village en détruisant, les potagers et les plantations de centaines de nos femmes » conclut-il.

A noter que l’inauguration de cette ferme de l’entreprise, Contralo Gbinso, avait connue il y a de cela juste quelques mois, la présence de toutes les autorités locales de la localité.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANTwww.kababachir.com à Kankan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.