Kankan : Quand le Ramadân frappe à la porte, la miséricorde s’envole par la fenêtre !

A moins d’une semaine avant le début du mois saint de Ramadan, les prix des denrées alimentaires de première nécessité ont pris leur envol  sur l’ensemble des marchés de la ville de Kankan, et ce en dépit de toutes les craintes exprimées par les citoyens de la ville en cette veille du Ramadân.

Pour des produits très prisés en période de jeûne comme le sac du riz, du sucre, de la farine et du lait en poudre qui coutaient respectivement il ya quelques mois, 290, 390, 245 et 970 milles francs guinéens  nous sommes actuellement à 300, 410, 260 et 980 mille GNF pour ne citer que ceux-là.

Pour les commerçants, l’augmentation des taxes et le problème de transport seraient à la base de cette flambée des prix. Sous couvert d’anonymat un commerçant du grand marché Dibida, accuse le gouvernement guinéen d’augmenter ses taxes de prélèvement chaque année à l’approche du mois de ramadân sur les marchandises fortement consommées au cours de cette période.

Mais devant l’ampleur de la situation, certaines consommatrices, comme Djenab Kéita et Mariame Kaba  ne manquent pas à leur tour, d’exprimer leurs désarrois.

Pour ces bonnes dames, « c’est la mauvaise foi religieuse des commerçants et la faiblesse du gouvernement dans la régulation du marché qui sont à la base de la hausse considérable des prix des denrées de première nécessité sur tous les marché de la ville ».

A signaler enfin qu’il est de coutume, d’assister à de telle hausse démesurée des prix des produits de forte consommation, en chaque approche du mois de ramadan sur les différents marchés à Kankan.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.