Kankan : Tenue d’une manifestation pour réclamer l’introduction du N’ko dans le système éducatif national !


Près d’un millier de personnes sont descendus dans les rues de la commune urbaine de Kankan ce jeudi 11 avril 2019, pour solliciter des autorités l’introduction de l’écriture N’ko dans le système éducatif formel du pays. C’est une caravane culturelle organisée en prélude  des festivités du 70ème anniversaire de l’invention du système d’écriture N’ko. Accompagné du député uninominal de Kankan, honorable Sékouba Konaté, ils ont rallié plusieurs services administratifs décentralisés de la localité.

Munis de pancartes et d’un arsenal de sonorisation, ces centaines de personnes ont d’abord  mis le cap sur les locaux des autorités administratives et territoriales, pour exprimer leurs ferme volonté de voir l’alphabet N’ko non seulement institutionnalisé mais aussi et surtout inséré dans le système formel de l’éducation guinéenne.

« A l’occasion de la célébration de l’an 70 du N’ko, nous avons décidé d’organiser notre caravane culturel ici à Kankan Nabaya. Pour démontrer à l’opinion nationale et internationale, que le N’ko mérite d’être introduit dans le système formel de l’éducation national ». A affirmé Moussa Ballamine Diallo, vice président du réseau central de l’Alphabet N’ko.

Toujours à en croire Moussa Ballamine Diallo, après avoir sillonné le gouvernorat, la préfecture et la municipalité, les caravaniers ont été rassurés du soutien des autorités à la base. « Monsieur le gouverneur, représenté par son chef de cabinet, nous a assuré, nous a vraiment rassuré de son soutien. A la préfecture aussi, Monsieur le préfet, nous a livré des messages qui nous donne envie de croire que le N’ko a sa place dans le système éducatif de notre pays ».

En outre, un document de plaidoyer en faveur de cette cause, et des procédés didactiques sont déjà élaborés. De quoi être optimiste avant que la vague humaine ne se dirige vers les directions régionale et préfectorale de l’éducation.

«Nous sommes très optimistes. Nous avons fait un document de plaidoyer qui doit être adressé à L’INRAP (Institut Nationale de Recherche et d’Actions Pédagogiques). Nous pensons que toutes les conditions initiales sont maintenant réunies  pour que notre requête soit acceptée. On également traduit de tous les outils didactique de l’école primaire». S’est réjoui de dire, le vice président du réseau central de l’alphabet N’ko.

Et puis, présent au premier rang de cette caravane culturelle, l’honorable député uninominal de Kankan, Sékouba Konaté, nous apprend que le N’Ko fait déjà l’objet d’une loi au parlement Guinéen.

« C’est un évènement majeur, qui coïncide cette année avec au dépôt de la proposition de loi élaborée par nous, pour être discuté à l’assemblée nationale. Donc c’est une coïncidence heureuse. L’objectif, c’est de faire en sorte que le N’ko soit accepté par l’Etat Guinéen, comme système d’écriture en Guinée. Ça ce n’est pas de la mère à boire ». A-t-il prémuni.

A rappeler que le N’ko, est un système d’écriture de type phonétique et phonologique, inventé par le célèbre feu Solomanan Kanté pour lutter contre l’analphabétisme en Afrique.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.