Kankan : Un bras de fer très tendu autour du marché Djaka

Une cnquantaine de manifestants venus des familles Sano et Kaba de Kankan ont pris d’assaut ce lundi 27 vovembre 2017 les locaux du marché Djaka, situé dans le quartier Kabada I commune urbaine de Kankan, pour réclamer la libération sans condition du domaine qu’abrite ce marché par les commerçants.

Ils sont venus très tôt ce matin, muni tous de bande rouge, attachée au front, pour revendiquer le départ des commerçants du marché Djaka, qu’ils occupent ce lieu selon eux, depuis plusieurs années de façon inégale.

C’est une affaire qui remonte depuis les années 60, lors que le feu El hadj Soriba Sano de la famille Sanoh s’est associé à la famille Kaba, pour racheter ce domaine, qui était d’après l’histoire, un terrain appartenant aux Libanais.

Après que ces deux familles sont devenues propriétaire de ce domaine, elles n’ont bénéficié jusqu’ici, aucun avantage provenant de ce site. Déclare Mamadi Kaba, représentant de la famille Kaba

 « Ce domaine est un espace qui appartient à nos parents. Nous avons tous les papiers qui justifient. Pour éviter tout palabre, nous avons été voir les autorités judiciaires pour trancher la vérité. Après quelque temps, les commerçants sous la complicité de la commune, continuent toujours à occuper ce domaine inégalement. Mais c’est le maire Bakary Kaba qui refuse de nous reconnaitre comme propriétaire».

Vu la transmission n°148/PKK/09 du 26 octobre 2009, vu le procès-verbal n°001/CDP/KK/09 du 19 octobre 2009 et à l’avis favorable ND/DOCAD, me référant au actes sus visés, je me fais l’obligation de vous demander de bien vouloir mettre les héritiers El hadj Sano Mory Fodé, Kaba Kabine et Kaba Mory dans leurs droits sur les parcelles 3 et 4 du lot 6 objet des titres fonciers n°49, 53 et 57 de Kankan-Beyla.

Malgré que cette lettre de transmission fut adressée aux autorités communales, pour rendre justice, il faut dire qu’aucun terrain d’attente n’ai encore trouvé, sinon que les manifestations à chaque instance.

A noter que ces deux familles associées autour de ce domaine ne comptent plus baisser les bras, tant qu’elles ne soient pas rétablies dans ses droits. Si rien ne sera d’ici quelques jours, pour trouver un compromis, elles comptent descendre dans les rues le mois prochain.

Affaire à suivre !

El hadj Fodé SOUMAH, correspondant www.Kababachir.com à Kankan

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.