Kassory Fofana : loyal ou rival ?

Loyal ou rival ? Ce titre que nous empruntons à un confrère sied bien
pour donner un sens à la position actuelle de Kassory Fofana dont les
inimitiés avec Alpha Condé vont au-delà des Palais de la Colombe et de
Sékhoutouréya. Si Don Kass a tenté de se voiler la face au Parlement en
clamant qu’entre lui et son mentor il n y a que des atomes crochus,
l’opinion est loin d’être dupe.

Depuis le passage du président au domicile de ce PM dépouillé de
prérogatives, lassé des coups bas de ses propres ministres, par le
truchement d’Alpha Condé, malmené par une crise faite de clans au sein
du gouvernement, toutes les sorties et les déclarations de Don Kass sont
scrutées à la loupe. En vue de l’entame du 3è mandat du reste
chaotique, tant dans le social, le politique que dans l’économie, le
Premier ministre choisira sans aucun doute l’un des deux choix qui
s’offrent à lui : être loyal envers le chef de l’Etat, en dépit des
humiliations patentes, allant de la formation par un Congolais, à
l’indiscipline sous toutes ses formes ou décidera-t-il de faire cavalier seul,
avec pour ambition inavouée de supplanter, par l’aide solide de Damaro
Camara, l’homme de main, un président de la République de plus en plus
trop présent?

Aujourd’hui, au sortir du Parlement, suite à la déclaration de la politique
générale, Don Kass pourrait être celui qui peut se targuer d’être l’une
des personnalités politiques du régime Condé, les plus populaires, mais
aussi les plus humiliées, rabaissées. Don Kass estime secrètement que
chacun a son itinéraire, son destin, en tenant compte aussi des
principes. La loyauté envers Alpha Condé est somme toute apparente,
mais, elle est faite de jeu d’intérêts. La loyauté dans la vie politique
n’aura pas été digne, encore moins celle liée aux institutions du pays, en
sa qualité de pilote du dialogue social. Don Kass oublie certainement que
«La déloyauté, elle fait mal au collectif et la loyauté rend plus fort».

Pour l’essentiel donc, le PM a trahi sa mission : rassembler, dialoguer,
trouver des sorties de crises favorables à l’équilibre de la nation. Avec le
mandat précédent, Don Kass en sort en lambeaux. Et avec l’entame de
ce 3è mandat, il est piétiné. Du coup, il devient, sans le dire, un rival
camouflé qui peut se déclarer à tout moment. Plus belliqueux, plus
méprisant, Don Kass a tenté d’être au cœur de la machinerie du pouvoir.
Aujourd’hui, de nouvelles ambitions sont nées. Elles sont en étude. Le
temps de s’offrir le vieil homme au nez et à la barbe des caciques du
RPG.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.