Kondiano apporte son soutien aux syndicats

On pensait qu’il avait donné sa langue au chat. Bien des Guinéens ont été tués par des policiers et gendarmes. Le président n’a pipé mot. Même une minute de silence. Des Guinéens meurent à Linsan avec le fameux pont coupé. Kondiano ne pipe mot. Des accords politiques signés ont été violés par le pouvoir, Kondiano a brillé par son silence.

Au crépuscule de son départ du Parlement, il affiche son soutien aux syndicats réclamant la baisse du prix du carburant à la pompe. Toute honte bue, le géant du Parlement déclare dans la presse locale: «Il faudra que l’Etat fasse baisser le prix du litre des produits à la pompe pour bien prouver à la population et aux acteurs sociaux que le gouvernement est bien ouvert à l’idée d’une répartition équitable du revenu national comme le souhaite la population guinéenne à tous les niveaux. » Selon lui, « L’augmentation du prix du carburant à la pompe qui vient d’entrer en vigueur ne permettra pas à l’Etat de résoudre le problème d’insuffisance de ressources dans la mesure où cela se traduit pour lui par une situation  de point  mort. C’est-à-dire de point d’équilibre où il n’y a pour le Trésor, ni surplus d’entrées, ni perte de recettes fiscales.»

Il aurait proposé la réduction du train de vie du gouvernement et des Institutions républicaines, allant jusqu’à renoncer à une partie de leurs émoluments. Cette sortie de Kondiano n’est que démagogique. Tardive et irresponsable.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.