Kory Kondiano et sa curieuse « trêve politique »

Le président de l’Assemblée nationale se dit favorable à une trêve politique et sociale. Seul hic, il a traîné dans la boue des leaders politiques qu’il accuse derrière des « pratiques et les actes néfastes récurrents et délibérés pour freiner les activités et empêcher le développement et la croissance économique du pays. »

Selon Claude Kondiano, « Parmi ces pratiques et actes engagés par ces acteurs pour casser l’économie et saper l’image du pays à l’intérieur et à l’extérieur, il y a les manifestations intempestives et la diabolisation de ses institutions, surtout de Monsieur le Président de la République, ce qui ne se passe nulle part au monde. »

Le président de l’Assemblée nationale demande aux acteurs politique «à privilégier le dialogue et, par conséquent, à mettre fin à cette violence impitoyable à laquelle vous avez soumis le Peuple de Guinée qui n’a jamais vécu, de manière aussi permanente, une situation aussi dangereuse. Je me demande pourquoi certains d’entre nous ont aujourd’hui autant de haine pour un pays qui, pourtant, est, bien le leur. » Dans cette optique, il demande « d’observer une trêve politique et sociale de longue durée pour ne pas continuer à casser ce pays cher à chacun de nous.Je tiens aussi à attirer l’attention des acteurs politiques et sociaux sur le fait que de leurs comportements dépendent la stabilité et la paix sociale de notre pays, ainsi que le développement et la croissance économique qui peuvent en découler. »

Très vite, la classe politique d’opposition a réagi. Et sans ménagement.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.