La campagne préélectorale s’invite dans la mare formée sous le pont de Gbessia‏

Ce lundi, la circulation était impossible sous le pont de l’aéroport de Gbessia sur l’autoroute Fidel Castro. Pour cause, une mare s’est formée sur la chaussée, créant des embouteillages monstres de plusieurs kilomètres en allant vers Matoto.

À la veille de l’ouverture officielle – n’oublions pas que depuis 2010 la Guinée vit au rythme de campagnes électorales – de la campagne de la présidentielle d’octobre prochain, il n’en fallait pas plus pour que la question soit (vite) récupérée par les militants des deux bords politiques (pouvoir et opposition, incarnée par Cellou Dalein Diallo). Grâce aux nombreux smartphones qui inondent notre quotidien, les photos de la “piscine” de Gbessia n’ont pas tardé à faire leur apparition sur Internet (surtout Facebook).

Si tous expriment leurs frustrations de voir une telle image en plein cœur de Conakry, ils n’indiquent toutefois pas les mêmes personnes comme étant à l’origine de la révoltante situation.

Le changement promis par Alpha Condé

Comme de nombreux militants de l’opposition, tous les problèmes que la Guinée rencontre actuellement sont créés par Alpha Condé. “Voici le changement que Aladji professeur Alpha Condé nous a promis. Ici, c’est le pont de Gbessia”, peut-on lire sur la légende de quelques photos postées par un internaute.

Cependant, il faut savoir que ce problème refait surface à chaque saison pluvieuse. Ce n’est pas un fait nouveau. Donc accuser le régime actuel d’en être responsable, c’est certainement ignorer l’histoire de cette partie de l’autoroute ; voire même vouloir faire porter tous les chapeaux de la mauvaise gouvernance au président Condé.

“Ce que Cellou Dalein a fait”

Contrairement aux militants de l’opposition, l’unique responsable de ce calvaire c’est celui qui a construit l’infrastructure, en l’occurrence Cellou Dalein Diallo – lorsqu’il était dans le gouvernement du général Lansana Conté. “Voici le travail que Cellou a fait pour les Guinéens (…) et malgré tout il veut encore le pouvoir”, déplore un autre. Mais cette proposition encore ne corrobore pas forcément avec la réalité. Certes le leader de l’UFDG était l’un des commis les plus influents de l’État à l’époque, mais c’est une entreprise sénégalaise qui a construit ce  tronçon.

Et puis, comme la plupart des caniveaux de la ville, ceux de l’autoroute Fidel Castro sont bouchés par les ordures ménagères que par incivisme les citoyens ne s’en débarrassent pas de la bonne manière.

Malgré les difficultés rencontrées par les populations ayant emprunté cette voie le weekend dernier, aucune autorité ne s’est rendue sur place pour s’enquérir de la réalité. Tandis que des architectes soutiennent qu’il est même possible de régler ce problème en apportant quelques modifications pour évacuer l’eau.

Mais en période électorale, on ne ménage jamais son adversaire. D’où ces accusations (infondées) que l’on entende ces dernières heures. Si vous comptez coûte que coûte passer sous le pont de Gbessia pour rallier le centre ville, le mieux serait de troquer votre véhicule contre une pirogue, comme ça vous serez plus en sécurité.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.