La CENI rejette les recours de Dalein : la rue, en guise de représailles

« Nous allons reprendre de manière durable nos manifestations parce que c’est des suffrages des citoyens qui ont été volés », a déclaré le leader de l’UFDG, qui a affiché une grosse déception ce mardi 6 mars 2018 après sa rencontre avec la CENI.

Au cours de la dernière réunion avec les opposants, l’opposition a déroulé le programme des manifestations de rue, afin d’exiger la vérité des urnes. Cette rue est donc la dernière option, après avoir usé des tous les moyens légaux (Justice, rapprochement vain des PV avec ceux de la CENI…). C’est maintenant un dernier recours – la rue – constitutionnel que ces opposants utilisent à partir de ce lundi. Un autre lundi qui fait peur d’autant plus qu’une folle rumeur de contremanifestation se précise, notamment avec la sortie au siège du RPG de Bantama Sow, invitant à la résistance.

Ce pyromane cache derrière cet affront, une réelle volonté de nuire aux manifs politiques des opposants qui ne demandent qu’à être réhabilités dans les urnes. En avant-première, une démonstration au siège du parti au pouvoir des chasseurs traditionnels réputés être impliqués dans des manœuvres macabres. Ce sont encore eux qui étaient apperçus à un moment donné dans des voitures VA, paradant à travers la capitale, dans leur accoutrement bizarre. La sortie de Bantama et cette démonstration des chasseurs appelés Donsokè en disent long sur ce que prépare le pouvoir pour tuer les opposants.

Ce lundi donc, bien des citoyens préfèrent rester à la maison, pour éviter d’être pris pour cible. Pendant ce temps, les exigences des syndicalistes ne sont pas encore honorées, ceux-ci menacent de tout arrêter. Simultanément, des femmes manipulées font du bruit pour exiger de ces syndicalistes la réouverture des classes. Le climat est tendu et risque de l’être davantage ce lundi.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.